FAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Victoria O'Donnel: Sirène attend Pleure sur sa lyre Les marins qu’elle ne peut séduire

avatar
Piranha Cannibale
Messages : 222

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Mar 12 Avr - 20:21

Mélusine
Victoria O'Donnel

Victoria O'Donnel, est né(e) à La Forêt Enchantée où elle était Mélusine la sirène . Elle est tirée d'un Conte Le roman de Mélusine de Jean D'Arras où il/elle est la Fée Mélusine.
Il/Elle semble avoir 25 ans, mais son âge exacte est De plus ou moins deux siècles.
Elle est arrivée à Storybrooke avec la première malédiction, Aujourd'hui elle est Tatoueuse dans son propre salon: le Gant de Velours.
Elle est Bisexuelle et elle apparaitra sous les traits de Emilia Clarke.




Story


Dis-moi, pourquoi suis-je si seule ? Dis-moi, pourquoi n’y a-t-il ni poissons ni oiseaux dans cette étendue aquatique ? Pourquoi je reste toujours seule ? Je regarde tout autour de moi sans trouver aucune âme vivante. Alors seulement à ce moment-là, je comprends qu’il me faut partir, entamer le voyage de toute une vie. Mon voyage… C’est au fond de cette eau glacée que commence mon doux périple. J’appris très vite l’incroyable capacité que je possédais lorsque, d’un éclat de voix, je parvins à matérialiser un portail. Je passais les années suivantes à approfondir mes connaissances quant à celle que j’étais, et surtout à celle que je n’étais pas. Accompagnée d’acolytes de la même espèce que moi, je m’instruisais. Je n’avais toujours aucune idée de qui j’étais, de qui j’allais devenir ni d’où je venais, et encore aujourd’hui ces questions sont sans réponses. Mais quelque chose m’arriva à cette période. J’eus le premier contact avec un être qui ne faisait pas partit de mon peuple aquatique. Tu penses vraiment que, tel une sirène naïve je me suis dirigée vers lui ? Non… L’une des sirènes que j’avais rencontré avait été attaquée par ces « humains » et s’était retrouvée défigurée. Alors cet humain, je l’observais de loin, à demi caché. Pourtant au fil du temps, la curiosité l’emporta sur la crainte. Cette même curiosité qui me mena bien des années plus tard vers un sentier glissant, couvert d’embuches. Les premières semaines, aucun mot, juste… un semblant de curiosité mutuelle. Un semblant de rien qui deviendrait plus tard une amitié mutuelle. L’homme, car s’en était un, me conta son histoire, et je l’écoutais comme je n’avais jamais écouté personne. Je lui racontais ensuite la mienne, désespérément vide par rapport à la sienne, la vie d’une petite sirène rêvant de voyages, d’aventures. La vie d’une petite idiote rêveuse. Car à cette époque… C’est ce que j’étais. Bien vite je me mis à apprécier cet homme, apprécier son intellect, son savoir et sa façon d’être. C’est pour cette raison que je finis par l’aider à se libérer de l’île maudite sur laquelle la sorcière le retenait prisonnier.
La suite est toute simple, et mon sourire est encore présent lorsque j’y repense. Suite à ce sauvetage exprès, j’ai entamé le plus beau voyage de toute ma vie. Car il n’y a pas plus onirique voyage que celui que l’on fait avec son ami. Et pour moi Nemo était un ami. Je ne me sentais plus seule, je ne me demandais plus pourquoi j’étais venue au monde, ni même quel était mon but dans la vie, je me contentais de vivre et de saisir à mains nues chaque chance qui m’était donné, de m’agripper à la vie comme jamais. Mais comme toutes histoires, celle-ci finit par prendre fin. Ho, on ne s’est pas quittés en mauvais terme, c’est juste que, tout naturellement, l’aventure prit fin et que très rapidement, l’un comme l’autre nous avons pris notre propre chemin. Je suis retournée dans le monde qui m’a vu naître. De simple écume, j’étais devenue femme. Une femme sûre d’elle, au fond de ses yeux, on pouvait lire le défi, la soif d’aventure. C’est à ce moment-là, la tête remplie de souvenirs et les yeux brillants de nostalgie que je me retrouvais prise dans l’œuvre la plus perfide des humains. Un filet. On me hissa sur le pont, le sol dur n’amortit aucunement ma chute. En relevant les yeux, je croisais le regard d’un jeune homme. La suffisance et l’orgueil que je pouvais voir dans son regard ne cachait aucunement la malice et l’intellect que je pouvais déceler. C’était donc un être aussi rusé qu’un renard qui me faisais face.

« Remets-moi à l’eau, s’il te plait… »

Le froid picore ma peau tendis que je sens ce sentiment de mal être grandir au creux de mon corps. Je regarde cet homme. Il s’accroupit devant moi, me fixant de ses yeux malicieux.

« Cela fait quelques jours que tu admire ce port peuplé de mes semblables… Je t’offre la possibilité de vivre parmi eux si… Disons, si tu me rends un petit service. »

Je le regarde. Et pour la première fois de ma vie, je me rends compte que l’être humain peut être aussi vil que bon. Qu’il ne faut pas forcément s’y fier aussi aveuglément. Je me rendis vite compte qu’il n’y avait pas grand-chose de plus à faire que d’accepter son offre. C’est donc justement ce que je fis, il me relâcha en mer, penchant sa tête par-dessus le pont pour me voir. A cette époque… J’étais encore une belle petite idiote. Dire qu’en y réfléchissant aujourd’hui, je me serais sans doute enfuie, je n’aurais pas attendue là comme une idiote. C’était sans doute parce que je souhaitais hardiment cette chose me permettant de rejoindre les humains. Cette récompense promise qui me faisait déjà rêver.

« Vois-tu… C’est vraiment navrant… J’ai laissé tomber quelque chose de précieux. Il se trouve dans une grotte non loin d’ici. Si tu me le rapporte, je t’offrirais quelque chose pour que tu puisses vivre parmi les humains. »

Je penchais la tête vers lui, plissant les yeux.

« Et si je n’y arrive pas, j’aurais quand même ma surprise ? Tu sais… En lot de consolation. »

Il éclata de rire avant de m’offrir un clin d’œil. J’ignorais ce que cela voulait dire. En fait… Les humains ont certaines manies étranges.

« Elle est maline ! Et en plus elle est drôle. File. »

A ces mots, je levais le camp sans rien ajouter de plus.  Les flots sont ma maison. Ils l’ont toujours été, mais cette idée de vivre parmi ces hommes… Des personnes comme mon seul ami… Aussi ingénieux, malins. Tous les hommes sont comme ça n’est-ce pas ? Ils sont tous aussi intéressant… C’est ainsi que je nageais avec agilité entre les flots pour arriver à cette fameuse grotte. On aurait dit une énorme bouche digne d’un de ces monstres marins que j’ai un jour croisé. Des picots de pierre garnissaient cette bouche immobile dans laquelle je m’engouffrais avec fougue. N’étais-je pas capable de ramener une babiole qu’un idiot de marin d’eau douce avait fait tomber ? C’est ainsi que j’attrapais un coffre laissé au milieu de cette dernière. Que j’étais stupide à cette époque. Une belle petite sotte dont les yeux brillaient de rêves. Aujourd’hui tout cela était différent. Aujourd’hui j’étais la même femme, mais mon éclat s’était ternis. Aujourd’hui, je me méfiais de tous, et de tout le monde. Toujours est-il que je rapportais ce fameux coffre à ce jeune homme qui m’offrit en échange un bracelet magique capable de me donner des jambes parfaitement humaines.

Je compris bien vite que, bien qu’étant pourvue de jambes, les vêtements n’étaient pas compris dans le stock, c’est ainsi que je me glissais jusqu’à un navire. C’est à cet endroit que je trouvais de quoi me couvrir dans un des coffres que comportait le bateau. C’est ainsi que je piquais les vêtements d’un matelot. Ce fut quelques années plus tard que je rencontrais celui qui allait être mon mari. Le plus amusant c’est qu’il était prince d’un royaume côtier et moi… Hé bien je me faisais passer pour l’émissaire d’un pays imaginaire. L’histoire ne mit pas bien longtemps à devenir sérieuse, et en quelques mois je fus mariée à cet homme. Il était doux et bon, néanmoins quelque chose me disait qu’il ne serait pas aussi doux en apprenant que je n’étais pas humaine. J’ai bien vite compris qu’il y a une chose très importante chez certains humains. Ce qui n’est pas humain est méprisable. J’avais fait une demande particulière à mon mari. Un jour serait à moi. Un seul et unique jour, il n’aurait pas le droit d’entrer dans la pièce dans laquelle je m’enfermais. Ce jour-là, je le passais sous ma forme de sirène a patauger dans un immense bassin. Il n’y a que lorsqu’on perd ses gracieuses nageoires qu’on se rend compte à quel point elles nous manquent. Durant ces années, je gagnais en maturité, mais aussi en sentiments. J’apprenais à aimer. C’est alors que mon histoire, alors qu’elle aurait pu se finir par « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » elle prit un revirement tragique. Le frère de mon époux, envieux de semer trouble et discorde au sein du couple alla persifler au creux de l’oreille de mon mari, semant le trouble dans son esprit. C’est ainsi qu’un jour, il fit défoncer la porte soigneusement fermée à clef et qu’il entra dans l’intimité de ma salle de bain. Il écarquilla les yeux, avant de souffler dans un doux murmure.

« Je pense que je vous ai perdu à tout jamais ma bien aimée… »

Et il ne pouvait qu’avoir raison, puisque je me jetais pas la fenêtre afin de le fuir. J’atterris finalement dans les douves, c’est dans ces dernières que je fus prisonnière. Un filet de pêche avait suffi à entraver mes mouvements, et le pêcheur en herbe n’était autre que le frère de mon époux. Je passais ensuite quelques mois dans le sous-sol du château. Les sévices étaient multiples. L’esprit complétement détruit, je laissais petit à petit ce sentiment de honte, d’humiliation et de rage m’envahir, changeant progressivement celle que j’étais. Puis… Une nuit mes tourments prirent fin. Depuis qu’il était de notoriété publique que le prince avait épousé un monstre, il avait été éjecté de la course du trône. Et ce fut cet homme que je retrouvais face à moi. L’œil vitreux, une barbe venant manger son visage. Ce n’était pas l’habituel barbe bien coupée qu’il portait d’habitude, mais quelque chose d’hirsute. Il semblait vieux, fatigué. Mais je ne devais pas avoir l’air fraiche non plus. Il ouvrit les fers qui me retenais, me sortant de la cuve dans laquelle son frère avait enfermé la moitié inférieure de mon corps, avant de me mettre au poignet le bracelet magique, m’offrant quelques vêtements avant de m’offrir un sourire pitoyable.

« Fuit. Fuit loin de nous comme tu le prévoyais. »


Je le regardais dans les yeux une dernière fois, effleurant son visage du bout de mes doigts, avant de m’enfuir sans me retourner. Toute cette fascination pour l’homme avait disparu au fil des ans que j’avais passé sur cette terre. Je ne revins plus jamais dans ce château, reprenant la route, mais cette fois sur la terre ferme. Il ne fallut pas attendre bien longtemps avant que la malédiction me touche et ne me fasse devenir la petite tatoueuse de Storybrooke. Mais ma méfiance envers mes voisins ne disparut jamais vraiment, tout comme cette rage qui sort d’on ne sait où. Je me suis fait suivre pendant des années par notre psychologue local, pensant que j’avais un problème au ciboulot. Le plus dur a été de se souvenir de tout ce que j’avais perdu pour avoir l’espoir de vivre ne serait-ce qu’un peu avec les hommes.



Description Psychologique


Notre amie n'est pas tout à fait équilibrée, en effet, son histoire l'a rendue très méfiante envers le reste du monde. Elle a tendance à tester sans cesse les personnes en face d'elle afin de savoir s'ils sont sincères. D'une naïveté incroyable à la naissance, la demoiselle n'est devenue adulte qu'en délaissant ce côté innocent. Mais il reste une unique bulle d'enfance dans le coeur de la jeune femme, ses rêves, elle passe son temps dans sa bulle de rêve, elle s'y accroche. C'est aussi une incroyable optimiste qui voit toujours le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. D'un calme et d'une douceur exquise, gare à celui qui la fera sortir de ses gonds, on raconte alors que la sirène ressemble davantage à une harpie qu'à une sage. Très timide, la jeune femme a du mal à prendre la parole en public, elle a tendance à bégailler auprès des inconnus. Très franche, la belle vous dira toujours ce qu'elle pense. Ce qui d'ailleurs, lui apporta pas mal d'ennuis. Très débrouillarde, Mélusine a fait de nombreuses fois le tour des mondes dans sa jeunesse, aventureuse, elle adore la nouveauté et se donner ses propres défis. Étrangement, dans sa vie de tous les jours, on retrouve une certaine maladresse qui est totalement absente dans son travail. Parfois... La jeune femme se surprend à regretter les quelques années passées en compagnie de ce brave chevalier qui lui avait assuré ressentir de doux sentiments à son égard. Mais sa traitrise semble encore gravée dans la chaire et le coeur de la jeune femme. Mélusine sait qu’elle n’est pas parfaite. Elle le sait mieux que personne, et elle sait aussi tout ce qu’elle a perdu au fil de bien des années. La belle a perdu son âme d’enfant, tout ce qui faisait d’elle une créature merveilleuse et douce. Bien qu’elle reste patiente et calme, on peut parfois voir un éclat dur et froid briller au fond de ses yeux, une flamme froide, glacé. Mélusine n’est plus capable d’aider tout le monde spontanément. Parfois… Il vaut mieux être seule que mal accompagnée, et c’est une créature désillusionnée qui occupe désormais le corps de la sirène. Elle relève les yeux et croise ses yeux lilas dans le miroir, avant de s'en détourner prestement.



Reality


Pseudo : Zazou <3
Découverte du Forum : Grâce à PRD
Feedback : Alors déjà j'aime beaucoup le design, et l'équipe administrative a l'air vraiment à l'écoute <3
Double Compte : Nop <3
avatar
Moby-Dick
Messages : 347

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t24-le-mythe-du-nautilus-
Mar 12 Avr - 20:45

Officiellement bienvenue :cheshire:

Comme tu le sais si tu as la moindre questions on est là ^^ Je te souhaite du coup bon courage pour ta fiche


O Captain! My Captain! our fearful trip is done;The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won


LonelySiren:
 

avatar
Piranha Cannibale
Messages : 222

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Ven 15 Avr - 17:42

Merci beaucoup <3 Je pense finir ma fichette ce week end
En ligne
avatar
Killinours
Messages : 851

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t15-killian-jones-captain
Ven 15 Avr - 17:51

Bienvenu également, et pas de soucis pour ta fiche ~




avatar
Messages : 280

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t58-elsa-la-reine-des-nei
Ven 15 Avr - 21:04

Bienvenue parmi nous.
J'espère que tu te plairas ici.
Amuse toi bien.
Bon courage pour ta fiche.
A trés vite!
Elsa.




Winter Is Coming
Ma fiche - Mon carnet de RPs - Ma fiche de liens - Mon book

Spoiler:
 
avatar
Piranha Cannibale
Messages : 222

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Sam 16 Avr - 12:25

Merci beaucoup à vous deux :D
Je passe à l'histoire
avatar
Le Blaireau des Sept Mers
Messages : 270

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t34-du-rhum-des-femmes-et
Sam 16 Avr - 21:05

Hey ! Bienvenue ma jolie !
Bon courage pour la suite de ta fiche =p
avatar
Piranha Cannibale
Messages : 222

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Sam 23 Avr - 22:27

Merci Sindbad !
C'est un forum de marin ici... J'ADORE ça !
avatar
Moby-Dick
Messages : 347

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t24-le-mythe-du-nautilus-
Sam 23 Avr - 22:41


Welcome to Storybrooke


Bienvenue à Storybrooke Victoria  C'est vraiment une très jolie fiche, il n'y a rien à redire.
On espère que tu te plairas chez nous. On fait la mise à jour de tes informations, mais tu peux désormais RP. Penses également à remplir ton profil. Tu peux également t'occuper de tes relations ou gérer tes RP.

Je te souhaites donc bon jeu et à bientôt en rp, j'ai hâte de te recroiser avec Nemo


O Captain! My Captain! our fearful trip is done;The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won


LonelySiren:
 


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marchens Destiny :: True Stories :: Racontes moi une histoire :: Les validés-