FAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

"Quatre vents sur un passé, mes rêves envolés..." - Vivianne A. True-Blade

avatar
Invité
Invité

Lun 15 Aoû - 14:39

La Dame du Lac
Vivianne A. True-Blade



Vivanne A. True-Blade, est née dans le royaume des Dieux grecs où il/elle était sorcière chargée de la Justice et de la Loi Divine. Il/Elle est tirée de la mythologie grecque où il/elle est le Thémis ainsi que des légendes arthuriennes où elle est Vivanne, la Dame du Lac
Elle semble avoir 27 ans, mais son âge exacte est de plusieurs centaines d'années .
Elle est arrivée à Storybrooke avec la malédiction de Regina. Aujourd’hui elle est professeur d’Histoire-géographie au lycée et herboriste à ses heures perdues.
Elle est pansexuelle et elle apparaitra sous les traits de Claire Holt.




Description Psychologique

Ce n’est pas facile ce que vous me demandez là. Décrire mon caractère… Alors d’abord, commençons par dire que je suis quelqu’un d’affreusement têtue et bornée. Une fois que j’ai arrêté mon jugement, une fois que je me suis faite une idée, d’une personne, d’une chose, d’un acte, je ne la change que rarement. Et au bout de moult et moult discussion, s’il s’est avéré que j’ai eu tort, je lâche mes excuses du bout des lèvres, la mine renfrognée. Et gare à celui qui me rappellerait cet évènement. Car il y a une autre chose que vous devez savoir. Je déteste avoir tort. Après tout, la plupart des mes analyses et de mes décisions étaient bonne, sauf lorsqu’elles concernaient ma vie, là , il semblerait bien que je sois un cas désespéré. Alors disons que je n’ai pas été habituée à la critique. Et le fait que je sois une déesse immortelle n’arrange rien. Eh oui, j’ai un véritable caractère de cochon. Je sais bien me conduire, lorsqu’il le faut, je sais me montrer polie et aimable, mais à force de tout contenir, il m’arrive… d’exploser. Et ce, bien plus souvent que l’on pourrait l’imaginer. Dans ces moments-là, rien ne m’arrête, je n’ai qu’une envie, faire souffrir ce qui m’entoure (lieux, objets y compris) autant que cette rage, cette colère me fait souffrir. Une fois cette rage passée, vous pouvez espérer que je vous pardonne… dans un siècle ou deux. Sinon, que peut-on dire d’autre sur moi ? J’ai un esprit assez critique, que ce soit envers moi, ou envers les autres. Bien souvent, je garde mes pensées dans ma tête, mais vous pouvez être sûr que je suis en train de comparer ce que vous faite à tout ce qui est possible et inimaginable. Et je n’éprouve aucun scrupule à vous juger. Seulement, je garderais ces réflexions pour moi, et rassurez-vous, j’attends plusieurs rencontres avant de me faire un avis bien tranché sur vous. Quant à mes actions… là dessus, je peux paraître lunatique. Avant, je ne réfléchissais pas, j’établissais tout un code de conduite et je l’appliquais à la lettre. Mais peu à peu, je perdis cette habitude. En devenant Vivianne, je commençais à agir beaucoup plus selon mes envies, mes impressions, mes sensations. Je devenais plus intuitive, moins carrée…

Je suis également quelqu’un de très curieuse. Je veux tout savoir, tout comprendre, je déteste que les choses m’échappent. Pas que j’aime tout diriger, enfin si, c’était le cas avant, et il semblerait bien que j’aime être obéi, mais je veux avoir la sensation de ne pas me faire manipuler, de ne pas me faire avoir comme avec Zeus. Souriante, je suis généralement votre reflet. Vous êtes aimable avec moi ? Alors je le suis avec vous. Vous me prenez de haut ? Qui êtes-vous pour vous sentir supérieur à moi ? Enfin, vous voyez le genre… Cependant, il y a une chose que l’on ne peut pas me reprocher. Je ferais toujours tout pour ceux qui me sont cher, et ce, peu importe ce qu’il m’en coûte. Des fois, je peux ne pas être d’accord avec, péter un câble, vous dire d’aller vous faire voir chez les grecs, mais en fin de compte, si c’est vraiment important pour vous, je serais là. Quand j’aime, c’est d’un amour absolu, quand je hais, c’est d’une rage infinie.  Entière, je le suis aussi dans mes promesses. Si je jure quelque chose, vous pouvez être sûr que je l’accomplirais. Et naturellement, j’attend la même chose de vous, en retour. Est-il vraiment nécessaire de vous conseiller de ne pas vous rendre parjure à un des serments que vous m’avez prêté ? Finalement, pour tout vous dire, je ne suis que quelqu’un de paumé, qui s’ennuie et ne sait pas gérer ses émotions au long terme. Ensuite, avec mes histoires compliquées, j’ai fini par développer, non pas une peur, mais une véritable appréhension de tout ce qui était contact avec les gens. Je n’aime pas que l’on me « drague » et encore moins que l’on me touche. Ce qui peut me faire réagir… excessivement. Ou me clouer sur place, ça dépend de comment je suis lunée. Bref, je vous donne bien du courage pour me supporter.

résumé des qualités et défauts :

orgueilleuse - colérique - entière - loyale - fleur bleue - curieuse - quelque fois lunatique - rancunière - quand elle aime, c’est passionnément - perdue - critique - souriante - discrète (quand il y a trop de personne, j’ai tendance à m’effacer) - intelligente - sensée - dispose d’un humour assez particulier - peu sûre d’elle dans tout ce qui touche au relationnel - jalouse - déterminée - le regard des autres compte beaucoup pour elle - imprévisible - égoïste - stressée - contradictoire -

Anecdotes :

Lors des parties de cache-cache dans les galeries du château, avec ses frères et soeurs, c’était toujours elle qui était chargée de compter - A longtemps peu été prise au sérieux par sa famille - c’est pour ça qu’elle est devenu beaucoup plus guerrière, à punir sévèrement ceux qui dérogeaient à ses règles - on la prenait pour la « relou » de service - résultat, elle n’a pas été aidée au niveau relationnel, la plupart des gens évitant d’être trop proche d’elle, un peu comme l’on évite d’être pote avec l’intello de la classe ou le rapporte-paquet. Alors qu’elle n’est pas comme ça, à l’origine, mais s’est durci - Zeus a été son premier amour, elle a mis des mois, avant d’oser lui parler - Jalouse de Métis, qu’il a épousé avant elle, mais encore plus d’Héra, pour qui il l’a abandonné - ne s’épanouie que lorsqu’elle est amoureuse - dégoûtée par l’inconstance de Zeus, de sa famille et des hommes, elle quitta l’Olympe et décida de châtier toute personne se jugeant supérieur aux règles - Durant cette période, elle ressemblait à une véritable ermite - elle a passé un peu de temps auprès d’Hécate, à apprendre la magie psychique (illusion, protection mentale, etc.) - Rencontre celui qu’elle a aimé du plus grand des amours (plus que Zeus et Merlin), mais qui est mort par sa faute - garde son souvenir, mais refuse de le nommer, il est devenu quelque chose de sacré pour elle, le symbole de la pureté - à errer des dizaines d’années, aussi vivante qu’un fantôme - c’est Hope qui lui a permis de revivre en lui faisant découvrir le Lac du royaume de Camelot - elle est donc devenue la Dame du Lac - rencontre Merlin et tombe amoureuse de lui, bien qu’elle a mis du temps à le reconnaître - décide d’échanger leur savoir - élève Lancelot du Lac et le considère vraiment comme son fils - une fois qu’il a compris qu’elle n’était pas sa vrai mère, Vivianne a été profondément blessée par le fait qu’il la considère comme la pire des méchantes - Hope l’a évité de sombrer en l’avertissant des agissements de Méléagan envers Lancelot - demande à Merlin d’intervenir - participe assez peu à la guerre entre Morgane et Arthur, sauf lors de la bataille finale, où elle allie ses forces à celles de Merlin - Lors d’une vision, elle voit sa mort par la main d’un ténébreux - l’enferme à Avalon pour sa protection, parce que, comme elle, il a le don de longévité, mais peut être tué aussi facilement que le commun des mortels - c’est Merlin qui l’a convainc de le libérer et de se laisser absorber par la malédiction - elle n’a accepté de se laisser emporter par la malédiction seulement pour garder un oeil sur Merlin

Pouvoirs : Facultatif

Avant toute chose, il faut savoir que les pouvoirs de Vivanne sont plus puissants si elle se trouve dans son lac.

Thémis :

Longévité : Ainsi, je ne mourrais pas de vieillesses, et ma qualité de puissante sorcière me fait rester jeune, mais je suis mortelle. J’avoue ne pas savoir si à Storybrooke, je peux mourir de vieillesse

don de clairvoyance : Pour cela, il faut que j’établisse  un contact entre la paume de ma main et l’objet ou la personne dont je veux connaître le futur. Ce don n’est pas le plus puissant que je possède, je ne peux voir qu’une succession d’image, qu’il me faut interpréter. Seulement, le futur reste obscur et je ne vois qu’une partie de ses possibilité, rien n’est sûr.

lecture des âmes : Je suis capable de voir de façon très brèves, certaines de vos actions passées. Mais c'est loin d'être simple. En effet, il faut tout d'abord que j'établisse un contact physique avec la personne dont je veux connaître l'action, que je me concentre et que cette dernière personne se concentre également sur l'action pour que je puisse la voir. Bref, il faut soit que la personne sur laquelle j'utilise ce pouvoir soit consentante, soit qu'elle soit perdue dans ses pensées

L’épée de la Justice : Cette épée, je l’ai toujours sur moi, sous la forme d’un collier en forme de balance. Oui, ça craint tous ces clichés, mais j’y peux rien, elle prend la forme de mes attributs. C'est une épée somme toute normale. Seulement, il m’est impossible de blesser quelqu’un que je jugerais innocent. La limite de cet objet, c’est que c’est moi qui décide si quelqu’un est coupable ou non, et mon épée se cale sur mon jugement. Or, je ne suis pas infaillible, au contraire, au fur des années, j’ai perdu pas mal de ma capacité de jugement.

Vivianne

maîtrise des éléments : À force de vivre au fond d’un lac, on apprend rapidement à contrôler l’eau, ne serait-ce que parce qu’une affinité est créé entre nous et cet élément. Ainsi, je suis tout à fait capable des déchaîner les eaux, de les calmer, de la solidifier ou de la rendre gazeuse (un petit tour que m’a appris Merlin), de respirer à l’intérieur (des branchies apparaissent), de l’utiliser comme un miroir qui me permet de voir n’importe quel endroit à un moment présent (sauf si un sort de protection est effectué sur un lieu ou sur une personne), etc. J'arrive aussi à maîtriser un peu les autres éléments, mais à une échelle beaucoup plus faible.

guérison par la nature : En effet, j’ai développé ce don, qui me permet d’utiliser les énergie naturelles (eau, mon préféré, terre, air et même feu), pour aider le corps à soigner. J’ai aussi développer un grande connaissance des plantes, et leurs effets sur le corps, guérisseurs, mais aussi destructeurs, car pour guérir un mal, il faut bien évidemment le connaître.

magie : quand je parles de magie, j’évoque bien sûr la capacité d’exécuter un certain nombre de sortilège, plus ou moins basique, comme le sort avec lequel j’ai enfermé Merlin à Avalon. Je ne suis pas la meilleure des magiciennes, mais je ne suis pas la plus mauvaise. Je préfères de loin les enchantements appliqués sur les objets, ce que j’ai appris à faire auprès de Merlin. Cependant, Hécate m’a également appris à manier les illusions et quelque pouvoir psychique de plus faible envergure. À Storybrooke, je ne peux utiliser cette magie qu’à un niveau très très bas, et souvent, mes sors ne donnent pas exactement ce que je voulais.




Reality


Pseudo : Eva' ou Cam'
Découverte du Forum : par le frère de Killian (oui, j'ai cédé :zad:)
Feedback :
Double Compte : nop
avatar
Invité
Invité

Lun 15 Aoû - 14:40


Story

Si je vous disais que, il y a très longtemps, j’étais connue de tous sous le nom de Thémis, je suis sûre que la moitié d’entre vous aurez du mal à le croire. C’est cette même moitié qui chercherait désespérément mon identité en plissant les yeux si je leur disais qu’encore maintenant, mon image se trouve dans toutes les grandes villes. Enfin, mon image, façon de parler, disons plutôt la représentation que les humains ont faite de moi, au fur et à mesure que le temps passait. Heureusement que Storybrooke est assez isolée comme ville, qu’on ne peut pas en sortir si facilement. Cependant, malgré sa modeste taille, je ne peux éviter de voir cette maudite image qui est venue jusqu’à effacer mon nom de l’Histoire. Chaque fois que je passe devant le cabinet d’avocat, cette fille aux yeux bandés, portant une balance dans une main et une épée dans l’autre semble me transpercer de son regard. Malgré le voile qui recouvre le dessus de son visage, ses yeux dont l’on devine la forme semblent me transpercer plus que ne le ferait l’épée qu’elle tenait dans sa main. Comme si j’avais besoin de cette ombre du passé, de ce rappel permanent à ce que j’étais, de ma déchéance, de mes veines tentatives pour essayer de garder la tête hors de l’eau. Mon regard ne pouvait que s’assombrir en me remémorant celle que j’étais.

Il faut tout d’abord savoir une chose. Si l’image que vous avez de la mythologie grecque est celle des Olympiens, elle est extrêmement réductrice. Avant eux venait une autre lignée. Était-elle plus forte que les Olympiens ? Il semblerait que non, après tout, elle n’a eu d’autre choix que de céder devant la puissance de Zeus. Mais peu importe l’image que l’on avait de ces sorciers, et qui reste, au fond, assez négative, il n’empêche que c’était sous Cronos que les hommes du royaume de ceux qui étaient considérés comme des Dieux vécurent dans l’harmonie et la paix, durant ce que les humains nostalgiques ont nommés, à postériori, l’âge d’or. Voilà à quelle époque, moi, Thémis, j’ai grandi. Fille de Gaïa et d’Ouranos, j'ai été libéré en même temps que mes frères et soeurs. Mais j’étais loin d’être traumatisée par cette enfance, et puis, il ne fallait pas que je me plaigne, je n’étais pas seule dans la grande cellule de nos chers parents. Non, j’avais tous mes frères et soeurs. Et notre père ne voulait peut-être pas nous laisser sortir, mais il eut au moins la gentillesse de nous laisser vivre dans les souterrains en dessous de son château. Alors certes, ma vie, avant ma sortie, ressemblait plus à celle des nains, toujours retranchés au fond des mines, et non à celle, idéalisée, d’une vie à Olympe où tout ne serait qu’abondance, mais il y avait largement assez d’espace pour nous permettre de nous épanouir. Et je peux vous assurer que c’est super dur de retrouver ses frères et soeurs lors d’une partie de cache-cache dans tout un dédale de galerie plongées dans le noir. Mais finalement, nous avons pu voir la lumière du soleil. L’heure de notre lignée avait sonné. Menés par Cronos, ils régnaient sur l'ancien royaume de leur père et, il faut bien le reconnaître, ils avaient plutôt la classe. Alors oui, Cronos a enfermé ses enfants, ce dont, je précise, j’étais tout à fait contre. Certes, la plupart de mes frères, parce que bizarrement, les filles étaient plutôt sympa, n’étaient pas des anges. Seulement, il semblerait bien que ce soit dans notre caractère de se croire au dessus de tout.

Je ne vais pas vous mentir, je n’étais pas la personne la… comment disent les jeunes de nos jours ? Ah oui… « la plus cool au monde ». Je veux dire, soyons un minimum réaliste, ce n’est pas pour rien que j’ai été chargée de m'occuper de la Loi et de la Justice. Si je continue sur ma lancée et que j’imagine quel personnage de série je serais, je dirais… la fille pas trop mal, mais que l’on ne remarque jamais, cachée derrière ses lunettes et trop timide pour parler. Enfin, trop timide pour parler, sauf pour faire respecter ses règles. Alors là, c’est le moment où la plupart de mes frères et soeurs me lancent un regard pire que celui des anges de la téléréalités en essayant de comprendre un poème de Baudelaire. Oh, même à l’époque, j’étais loin d’être idiote, je savais parfaitement ce qu’ils se disaient. « Non, mais c’est quoi cette manie d’inventer des règles qui ne servent à rien ? Comment ça, ce n’est pas bien de coucher avec son frère ou sa soeur ? Elle est bien marrante la petite, mais on est majeur et vacciné, on fait ce qu’on veut. » Oui, je penses qu'il ne faut pas être devin pour savoir que cette règle… elle est jamais passée. A la décharge de ma famille, vu que l’on ne se mari qu’entre membres de même famille, il est plutôt difficile, voire quasi-impossible de trouver un partenaire qui nous plait, qui soit de la bonne famille et… qui ne soit pas notre frère ou notre soeur. Sauf que, si j’avais été bonne poire avec eux, si j’avais accepté toutes leurs idées et leurs ordres à la noix -parce que, devinez qui est-ce qui, lors des parties de cache-cache, arrêtait pas de courir pour retrouver ses frangins, tous très bien planqué dans le noir ? C’était bibi ! Et après, on se demande pourquoi j’ai voulu imposer des règles ?- je commençais à en avoir par dessus la tête de leur condescendance. Qu’il y a-t-il de plus pénible que d’entendre quelqu’un soupirer « oui, oui,.. » à tes ordres et qui n’obéit jamais ? Rien. Voilà tout. J’étais gentille, attentive, tant que les autres restaient correct, je n’étais pas plus pénible que ça. Mais j’avais une légère tendance à ne pas apprécier que l’on ignore mes règles. Surtout en me sortant des inepties comme « Et pourquoi on devrait suivre tes règles ? T’as pas le monopole des lois, que je sache. ». Là, généralement, c’était le moment où je prenais une grande inspirations, où je comptais jusqu’à trois, avant de répondre avec un sourire mielleux que je n’y pouvais rien si j’étais intelligente au point de savoir ce qui était le mieux pour l’ordre du royaume. Heu… oui, dit comme ça, je penses que c’est assez facile de comprendre que j’avais une assez haute opinion de moi-même. Alors, puisque mes règles n’étaient pas appliquées, parce que c’est vrai, c’est tellement mieux de vivre dans un désordre à moitié régenté par la loi du plus fort, j’ai bien été obligée de m’abaisser au niveau de ma famille. Mes règles ne servaient à rien ? Ça m’était complètement égal ce dont ils en pensaient, mais ils avaient plutôt intérêt de les appliquer s’ils ne voulaient pas subir le châtiment dû à leur désobéissance. Alors oui, j’ai dû apprendre à me battre, oui, j’en ai bavé, mais au bout du compte, j’ai bel et bien réussi à m’imposer. Je n’hésitais pas à vous punir pour vos crimes, mais j'étais aussi prête à tout pour vous défendre si vous étiez innocent. J’attendais, je prenais mon temps avant de juger, mais une fois que cela était fait, il n’y avait plus de retour en arrière possible.

Je vous laisse imaginer ce que l’on pensait de moi. Oh, bien sûr, quand mes règles étaient dans leur intérêt, il y avait toujours des petits malins pour venir me lécher les bottes, me dire que mes lois étaient parfaites, que c’était un comble que l’on ose aller à leur encontre. Généralement, c’était les mêmes qui n’hésitaient pas à se sentir au dessus des autres et nullement concernés par mes lois, parce que : « hey, pourquoi s’embêter à ne pas dépasser les limites dressées par cette imbécile de Thémis ? Elles servent tellement à rien, et surtout, elles m’empêchent d’aller jusqu’au bout de mes plans tellement machiavéliques. » Est-il vraiment utile de préciser que tout cela m’était totalement égal ? Là-dessus, il n’y avait aucun doute pour moi. Les lois existaient, elles avaient été créées par moi, elles étaient aussi parfaites que possible, étant donné que j’avais un don de voyance assez fort pour savoir si mes règles allaient pouvoir être durable dans le temps, et surtout, pour pouvoir limiter au mieux les débordements futurs ; elles devaient donc être appliquées. Je vous le confirme, j’avais pas la meilleure réputation du monde. On me prenait pour la pire des rabats-joies. Je vous assure, quand je débarquais à une fête, je pouvais très clairement entendre  les murmures que je déclenchais. Et les blagues lourdes et pénibles, du style : « hey, Jappet, fais gaffe, y a Thémis qui est arrivée, cache les bouteilles, essais de prendre un air intelligent, et repart sur ton char qu’après son départ, histoire de pas te faire choper pour conduite en état d’ivresse… » Ahaha, très drôle, comme si je ne savais pas m’amuser. J’adorais m’amuser, et je n’avais certes pas besoin d’enfreindre mes règles pour y parvenir. Mais ça, personne ne le comprenais. Non, moi, j’étais la personne que tout le monde évitait parce que l’on avait bien trop peur que je fasse semblant d’être sympa pour mieux les fliquer par derrière. Voilà ce que m’avait valu le fait de faire respecter mes lois à tout prix. Personne ne me confiait plus ses secrets, personne ne me faisait confiance. Un sourire amère éclaira mon visage. Étaient-ils vraiment bête au point de ne pas comprendre que je ne punissais pas tous les petits écarts de conduite, mais seulement ceux qui empêchaient le bon fonctionnement du royaume ? Mais j’espérais. Encore et toujours, le sourire aux lèvres, j’essayais de rester le plus polie et courtoise possible, gardant mon air impitoyable pour les châtiments. M’amusant, ou plutôt, faisant semblant de m’amuser parmi ces gens qui, eux aussi, faisaient semblant d’être ravi de me voir. Mais j’étais optimiste, je pensais que tout allait aller mieux. Que j’allais enfin pouvoir réaliser mon rêve, celui que personne ne connaissais, parce que personne n’avait seulement pensé à me demander ce qui me tenait à coeur. Trouver l’homme parfait, le prince charmant, me marier avec lui et avoir pleins d’enfants.

Ah, ce rêve de bonheur, cet espoir que, lorsque je trouverais cet homme, tout serait tellement mieux. C’est alors que vint un jeune homme, celui qui allait chambouler notre vie à tous. Je l’ai su dès que je l’ai vu, dans un bal où il se faisait passer pour un simple servant, essayant de connaître au mieux les forces et les faiblesses de ceux qui allaient devenir ses adversaires. Eh oui, c’est comme ça que j’ai rencontré mon premier amour : Zeus. Intriguée par cet homme que je ne connaissais pas, charmée par ses manières et son physique parfait, je ne résistais pas à ma curiosité. Et si mon regard parvenait à discerner les âmes et les actions effectuées par chaque personne, j’avais besoin d’un contact pour pouvoir avoir une idée de son futur. Alors que j’arrivais à effleurer sa main, les images du futur défilèrent devant mes yeux. Cet homme en train de parler à Métis, une sorcière réputée pour sa ruse et sa sagesse, qui lui donnait une clef. Cet homme en train de délivrer les enfants de Cronos. Cet homme en train de combattre Cronos. Cet homme régnant sur ce qui était notre royaume. Cet homme et… moi à ses côtés, à la place qui revenait à sa femme, en train de le conseiller. La succession d’image n’avait duré que quelques secondes, mais je reculais prestement ma main, les yeux écarquillés. Ce n’était pas possible… Qu’avais-je vu ? Reculant me cacher dans un coin de la salle de danse, j’essayais d’analyser toutes les images qui s’étaient imposées à moi. Je n’y comprenais rien, pourquoi vaincre Cronos ? Et surtout, pourquoi relâcher ses enfants ? Ce n’était pas logique, à moins que… Rhéa avait perdu son dernier enfant, mais j’avais senti qu’elle ne disais pas la vérité. Ce pourrait-il que ce soit lui, le fils destiné à renverser son père ? Oui, cela expliquait tout. Mais ce qui m’avait vraiment chamboulé, c’était la vision de Zeus et moi, côte à côte, régnant comme si… nous étions des époux. Serait-ce possible ? Alors oui, j’ai honte de l’avouer, mais je passais le reste de la soirée avec un pauvre sourire béat, ne quittant pas une seconde Zeus des yeux et imaginant notre futur ensemble. Pire qu’une collégienne.

Les jours passaient, et je continuais d’observer celui que je prenais pour le prince Charmant, épiant ses moindres faits et gestes. J’attendais juste le bon moment pour l’aborder. Oui, je sais que ça fait un peu handicapée des relations sociales, mais je ne savais pas comment séduire quelqu’un, et je n’avais aucune envie de paraître idiote aux yeux de celui avec qui je me voyais finir le reste de ma vie. Je n’en eu finalement pas l’occasion avant que Zeus ne clame haut et fort son envie de remplacer son père, ce qui, bien évidemment, ne plut pas à Cronos. Bref, la guerre a été déclarée, il fallut choisir son camp. Je m’élevais donc en faveur de Zeus, reprochant à Cronos sa volonté de changer le cour du destin en enfermant ses enfants, ainsi que ses nombreuses désobéissances à mes règles. Je croyais bel et bien en un nouvel ordre qui apporterait plus de justice, non seulement parmi les hommes du royaume, mais surtout, parmi leur dirigeant. Alors je pris place aux côtés de Zeus, lui prodiguant, avec Métis, les meilleurs conseils possible. Je ne vais pas m’attarder sur les différentes batailles qui nous ont permis de gagner la guerre, ni sur les stratégies mises en places, les discussions mouvementées, le ressentiment croissant qui naissait entre Metis et moi,… Tout cela serait bien trop long et inutile. Mais la guerre fut gagnée et Zeus choisi de se marier à… Métis. Oh, j’avais depuis longtemps compris que c’était ce qu’il comptait faire, je ne saisissais toujours pas son engouement pour elle, mais soit, s’il voulait s’attacher à Métis, la garder près d’elle alors qu’elle n’avait aucune envie de l’épouser, peu importe. Je savais que j’allais finir avec le roi de ce qui était maintenant l’Olympe. Je l’avais vu, et j’étais bien décidée à garder mon mal en patience, à me rapprocher toujours plus de l’homme qui me faisait tourner la tête, à répondre au moindre de ses caprices, à le conseiller au mieux, et surtout, à le séduire. C’était une nouvelle Thémis que l’on retrouva, une qui savait s’amuser, une qui était joyeuse, rayonnante, celle qui était heureuse car tous les jours, elle se rapprochait de l’homme qu’elle aimait tandis que Métis, elle, s’en éloignait. Je savais que j’étais en train de le conquérir. Oh, bien sûr, je connaissais les défauts de Zeus, le fait qu’il n’arrêtait pas de draguer, de coucher avec la moindre fille. Mais j’étais prête à accepter ce trait de son caractère. Après tout, qu’étaient-ce quelques aventures, si c’était bel et bien moi qui tenais son coeur ? S’il y a bien une chose que j’ai compris, tout au long de ces années, c’est qu’il n’y avait rien de plus vrai que cette maxime : « l’amour rend aveugle ». J’étais capable de savoir comment régenter le royaume, j’étais capable de donner les meilleurs conseils qui soient à Zeus, le roi du royaume, j’étais cependant incapable de gérer correctement ma vie amoureuse.

Alors, lorsque j’ai appris que Zeus avait finalement décidé de tuer Métis, la réaction la plus logique aurait été de fuir, loin, très loin, histoire d’éviter de subir le même sort. Eh bien non, toute heureuse, je courus me jeter dans les bras de Zeus. Bon, ce n’était pas à ce point, je m’étais arrangée pour être toujours là lorsque il en avait besoin, de lui glisser l’idée de me marier avec lui et voilà. Je n’avais plus qu’à attendre tranquillement que la vision que j’avais eu se réalise. Et il n’avait pas fallut bien longtemps pour que cela arrive. Je pense que vous pouvez deviner aisément la suite de l’histoire. Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Si seulement… Pourquoi croyez-vous que j’envie les mortels ? Parce que si j’avais été mortelle, oui, la fin de mon histoire aurait pu être celle-ci. Pendant plusieurs années, on filait le parfait amour, certes Zeus allait toujours voir à droite ou à gauche, mais il éprouvait de vrai sentiments pour moi, il revenait toujours vers moi, et finalement, j’étais celle qui comptait plus que les autres. Quant aux enfants, je crois que j’en ai eu mon compte. Surtout que j’avais une légère tendance de mettre au monde des triplées. Les Heures, les Moires, les nymphes de l’Eridan et Astrée. Bon, je ne vais pas me plaindre, j’ai vraiment eu des enfants adorables, qui tenaient plus, largement plus, de leur mère que de leur père. Parce que, l’ennui est la plaie de la longévité et que, plus le temps passait, plus Zeus se détournait de moi. Et moi, je le voyais faire et ne pouvais pas agir. Quand on ne peut pas mourir par le temps mais seulement par une lame, ou tout autre moyen de tuer, on ne réanime pas la flamme de notre couple simplement en réalisant tous nos fantasmes, en se déguisant et en découvrant de nouvelles expériences. Parce que même cela ne dure qu’un temps. Evidemment, si Zeus m’aimait comme je l’aimais, il n’aurait sûrement pas eu besoin de voir ailleurs. Il ne se serait sûrement pas rapproché de cette aguicheuse d’Héra. Chargée de veiller sur la famille et le mariage. N’importe quoi, si elle l’était vraiment, elle ne viendrait pas finir de faire sombrer mon couple ! Mais le mal était déjà fait, et je devais bien avouer que, même si nous étions toujours mariés, voir Zeus batifoler avec sa soeur, m’ignorant totalement, acheva de me rendre aigri. Je n’avais plus goût en rien. Pire, je n’arrivais même pas à m’intéresser à ce qui m’avait toujours passionné : appliquer et faire respecter mes règles. Je m’étais totalement trompée sur ce nouvel ordre, qui ne semblait non pas apporter la paix, mais semer encore plus la discorde. Notre famille n’arrivait pas à s’entendre, mais voilà que le mal se propageait parmi les gens du royaume. Et moi, dans tout ça, je ne voyais pas l’intérêt de passer ma vie à essayer d’apporter la paix à des personnes qui, de toute évidence, n’en voulait pas.

On a souvent dit qu’avec l’évènement de Zeus venait la fin de l’âge d’or du royaume. C’est en partie faux. Cette fin correspond en fait à mon départ de l’Olympe, capitale de ce territoire, à mon abandon de mes fonctions. Zeus voulait batifoler en paix ? Très bien, j’allais lui laisser tout le loisir de ronronner au bras de cette chère petite Héra. De toute façon, vu le caractère du roi de l’Olympe, elle allait être rapidement désenchantée et malheureuse. Et c’était tout ce que je lui souhaitais. Moi, j’avais décidée de les laisser se débrouiller tout seul. Déjà, ma fille, Astrée, avait quitté la compagnie des hommes dégoutée par toutes leurs manigances. À mon départ, mes fonctions furent réparties entre mes enfants et d’autres sorciers de la famille. Certes, ils n’étaient pas aussi doués que moi, mais cela m’était parfaitement égal. Zeus pouvait bien se retrouver avec toutes les guerres du monde sur le dos, je ne me retournerais pas pour l’aider. J’avais déjà donné, et l’on ne pouvait pas dire que ça m’avait réussit. Alors je partis, sans une explication, sans un regard en arrière, me faisant passer pour une magicienne, parcourant la terre et les différents mondes. Je n’avais qu’une seule envie, faire souffrir ceux qui étaient incapable de suivre un engagement, ceux qui n’obéissaient à aucune règle hormis la leur, ceux qui se croyaient au dessus de tout. J’avais trouvé là un excellent moyen de passer mes nerfs. Et je peux vous assurer que je n’étais pas tendre. Combien d’années je passais à alterner entre périodes de vengeance et période de replis sur moi-même, d’isolement dans les lieux les plus reculés du monde des contes ? Je n’en savais rien. Je me rappelle simplement d’une simple pause que j’avais pris, dans le domaine d’Hécate, où j’avais pu améliorer ma maîtrise de la magie, nécessaire pour me faire passer pour une magicienne et pour cacher ma véritable identité. Car une chose était sûre : je n’étais plus Thémis. En fait, à ce moment, je ne me considérais comme rien d’autre qu’une arme au service de ma justice. Pas de la justice, mais de la mienne. Je ne pesais plus les actes dans leur globalité. Toute désobéissance à la moindre de mes règles pouvait vous valoir ma colère. Et je ne réfléchissais pas, je ne cherchais pas à savoir si vous connaissiez seulement ces règles, si vous aviez de bonnes raisons pour y déroger.

Voilà l’état dans lequel j’étais quand je rencontrais celui qui allait m’ouvrir à nouveau le coeur. La vision de cet homme au coeur pur qui s’était interposé entre moi et les victimes de ma vengeance. A quelle règle avaient-il dérogé ? Je ne m’en souviens plus et n’y avait pas fait plus attention que ça sur le moment. Mais cet homme… Il avait attiré mon attention. Il m’avait arraché aux ténèbres dans lesquelles j’évoluais. Car ce n’était pas pour rien que l’on me représentais avec les yeux bandés. Une fois que j’avais décidé qu’une personne était coupable, je n’avais rien d’autre à faire que laisser mon épée châtier ceux qui le méritaient. Bref, ma lame ne s’est pas arrêtée devant lui. Quand je vous dis qu’il était idiot. Une chance pour lui que mon épée est incapable de blesser les justes, ceux à l’âme pure, parce que sinon, notre rencontre aurait été très brève. Heureusement, une telle chose n’est pas arrivée et j’ai pu découvrir celui qui allait changer ma vision du monde. Cette histoire… ce n’est pas une histoire de conte de fée, ce n’est qu’une romance passionnelle, personnelle et éphémère, sur laquelle je n’ai pas envie de m’attarder plus que nécessaire. Parce que si je n’avais dû connaître qu’une seule âme soeur dans ma vie, cela aurait été cet homme. Ce n’était qu’un gamin, un homme d’une vingtaine d’année, pas spécialement beau ni spécialement laid. Cependant, il avait l’âme si pure, ses actes resplendissaient tellement de justice que je ne pouvais en être qu’éblouie. Ce fut cela, et sa joie de vivre, une joie que j’avais oublié, qui me rendirent folle de lui. Sous son regard, j’ai ressenti de la honte devant mes actions. Je dois bien avouer une chose, l’amour me rendait niaise. Et je pouvais tomber amoureuse en un seul regard. Eh oui, comme dans tout, j’étais entière et têtue. Je ne revenais pas sur mes impressions, ou rarement. Comme cette fois où j’épargnais mes futures victimes. Comme cette fois où je décidais de m’installer avec eux, essayant de me faire pardonner. Et je n’y étais pas si mal arrivée. Au point que j’avais pu me rapprocher de cet homme qui me faisait tourner la tête, qui avait réussi à me changer. Etions-nous en couple ? Non, mais tout le monde pensait le contraire. Nous nous contentions de nous aimer, de nous tenir la mains, de nous sourire, d’être ensemble et heureux. Et vous n’avez rien de plus à savoir. Ces souvenirs, je les gardes pour moi, enfouis au fond de mon coeur, essayant d’oublier que cette histoire ne s’est finie que par ma faute. Parce qu’à force de tuer chaque personne désobéissant à mes règles, enfin, toutes celles que je croisais, je me fis pas mal d’ennemis. Et la rumeur s’était répandue que celle qui avait fait tout ces massacres s’était installée dans un petit coin paisible. Il n’en fallut pas plus pour faire rappliquer ceux qui n’avaient qu’une seule envie : se venger de moi. Et voilà comment, pour le faire, ils tuèrent la personne qui m’était la plus proche. Vous voulez connaître mon état d’esprit face à cette réaction ? Regardez un orage, violent, destructeur, qui ne laissait rien sur son passage. Voilà ce que je ressentais. Ivre de rage, je tuais tout ceux qui avaient osé m’enlever ce qui représentait tout pour moi. Je criais, je pleurais, je tapais, je détruisais, tout, tout ce qui se retrouva sur mon chemin cette nuit et qui n’était pas humain, je le réduisis en charpie, avant de m’effondrer. Qu’est-ce que je pouvais faire ? Qu’est-ce que j’allais faire ? Ma vie avait-elle seulement un sens. Et quel sens ? J’étais incapable de faire régner la paix, le dernier massacre qui avait lieu me montrait bien que je ne pouvais pas simplement tuer tout ceux qui dérogeaient à ma règle et il semblait bien que l’amour était une chose que les Moires me refusaient. Alors j’errais, sans but, seule, comme une mendiante. D’ailleurs, j’avais l’air d’une mendiante. Je parcourrais toujours les différents royaumes, espérant trouver… n’importe quoi, quelque chose qui puisse me faire réagir. Et ce fut dans le royaume de Camelot que je rencontrais celle qui serait, pendant un temps, ma famille.



***

Alors que je marchais parmi les arbres de la forêt de Brocéliande, l’âme en peine, le même air désespéré que je portais depuis ce qui s’était passé, une lumière attira mon attention. Je m’arrêtais, tandis que mon regard se figea sur la fée qui voletait autour de mon visage. Je n’avais encore jamais croisé de fée, mais je connaissais leur existence. En fait, j’étais impressionnée par ces petits êtres qui arrivaient à veiller sur les gens et à leur apporter le bonheur. Si seulement j'avais le droit d’avoir une marraine la bonne fée. Mais cela n’était pas possible. Nous, nous n’avions que droit à la longévité et à l’ennui qui allait avec. Le Destin m’avait largement fait comprendre que trouver le bonheur ne m’était pas destiné. « Tu as tort… Tout le monde à le droit aux fins heureuses, nous sommes justement là pour les apporter… » Je ne cherchais même pas à retenir le rire amer qui sorti de ma bouche. Mais bien sûr, c’était bien une phrase de fée, ça. N’importe quoi. Elles étaient là simplement pour donner un coup de pouce, mais au final, c’était le Destin qui s’imposait à nous, pas l’inverse. Elles ne pouvaient simplement pas dire la vérité parce que sinon, bonjour la pub. « Il fut un moment où tu ne pensais pas comme ça… Un moment où tu fus heureuse… » Mon regard s’étrécit alors que je relevais la tête. Comment osait-elle me rappeler ces moments de bonheur éphémères dont les souvenirs venaient renforcer ma peine ? « Et j’ai bien compris le message, merci. Je ne suis pas faite pour vos fins heureuses, et ce que j’ai pu vivre dans le passé n’était là uniquement pour me le rappeler ! » Je serrais les dents, le visage figé dans un masque de colère. Cependant, je devais bien avouer que cette fée était une lueur d’espoir. Cette lueur que j’attendais depuis longtemps. Cette lueur qui, malgré mes paroles, me manquait et que je cherchais depuis si longtemps. L’éclat de rire de la fée m’arracha à cette réflexion. Haussant un sourcil, j’attendais de voir ce qui pouvait rendre cette petite fée aussi hilare. « Tu es si vive… si prompte… Tu n’attend jamais avant d’agir, n’est-ce pas ? » J’écarquillais les yeux devant cette réflexion si… surprenante. Avais-je changé à ce point ? Où était passé celle que l’on appelait Thémis, qui pouvait attendre des jours avant de décider si la personne en face d’elle était coupable ou non ? Celle qui était restée cacher pendant des semaines, à espionner celui qui avait chamboulé son coeur sans oser l’approcher ? Il fallait bien que je me rende à l’évidence, je n’étais plus Thémis. « Oh ! Je sais, je vais t’appeler Vivianne ! » Un rire nerveux m’échappa. Comment cette petite chose pouvait-elle se permettre de m’aborder comme ça ? Comment pouvait-elle être aussi joyeuse, insouciante et charmante ? Comment pouvait-elle me donner envie de la suivre alors que, quelques minutes auparavant, je n‘avais pas plus de volonté qu’un fantôme nageant dans le Léthé ? Déjà, elle s’éloignait. Allais-je vraiment la suivre ? Allais-je vraiment faire la même erreur ? Me laisser entraîner par cette lueur d’espoir, croire enfin avoir trouvé le bonheur et voir tout cela m’échapper. Et il semblerait que la réponse était la même : oui. Que pouvais-je faire d’autre ? Errer comme une âme en peine le reste de mes jours ? Ce qui représenterait l’éternité pour moi ? Non. Je ne pouvais me résoudre à ça. Qui le pourrais ? Je suivis donc la fée parmi les arbres, marchant de plus en plus vite, avant de me mettre tout simplement à courir. « Au fait, moi c’est Hope … »

Finalement, j’arrivais devant un grand lac. Haussant un sourcil, j’observais cette petite luciole continuer à voleter jusqu’au centre de celui-ci, avant de me faire un clin d’oeil et de me dire en riant aux éclats de la suivre. Et plouf ! Elle plongea dans l’eau. Plissant les yeux, je ne pouvais empêcher mon esprit blesser de craindre une farce. Mais je n’étais pas venu jusque là pour reculer devant une étendue d’eau. Seulement, ni mes pouvoirs, ni la magie que j’avais appris auprès d’Hécate allait pouvoir m’aider à respirer. D’un autre côté, qu’avais-je à perdre ? Ma vie ? Elle était si inutile qu’elle ne valait pas grand chose. Et finalement, si je m’éteignais ici, au moins, ma souffrance s’arrêterait avec ma vie. M’enfonçant peu à peu dans l’eau glacée, je ne pu retenir un cri de surprise en me rendant compte que les rives étaient si abruptes qu’au bout de quelques pas, je n’avais déjà plus pied. Prenant une grande inspiration, je plongeais. Maudissant d’abord le froid de l’eau, qui me mordait la peau, je ne pouvais que reconnaitre l’effet vivifiant qu’elle avait sur moi. Plus je m’enfonçais dans les profondeurs du lac, plus je me sentais… vivante. Mais l’air commençait à me manquer. Luttant de toutes mes forces pour freiner ce réflexe vital qui était de prendre une grande inspiration dans le but de remplir mes poumons, je cherchais désespérément la fée du regard. « Bah alors ? Tu en mets du temps. » Et voilà qu’elle flottait dans une bulle d’air, ne se donnant même pas la peine de me réserver un traitement identique. Devant mon regard indigné, elle explosa à nouveau de rire. A croire qu’elle ne savait faire que ça. À moins que je sois mille fois plus hilarante que ce que je pensais. « C’est à toi de trouver le moyen de respirer… Tu peux le faire, je le sais, je sens la magie en toi. Chaque personne est différente et chaque magie est personnelle… Découvre, façonne la tienne comme tu l’entends. » J’hallucinais. Voilà que j’avais le droit à un cours de magie dans l’eau, alors que j’étais en train de me noyer. Mais qu’est-ce qui m’avait pris de suivre cette folle ? En plus, elle n’allait pas bouger le petit doigt pour m’aider. Tu parles d’une fée. Si seulement je pouvais respirer comme un poisson. Avoir des branchies qui me permettraient de capter l’air présent dans l’eau… « Eh bien voilà, tu vois, ce n’était pas si compliqué… » Quoi ? Qu’est-ce qui lui faisait dire ça. Je ne pouvais tout de même pas avoir des… Posant ma main sur ma nuque, j’écarquillais les yeux. Si, c’était bien des branchies que je sentais le long de mon cou. Suspicieuse, je commençais à ouvrir la bouche en nageant, m’attendant à m’étouffer avec l’eau. Mais non, l’air emplissait bel et bien mes poumons. Comment était-ce possible ? « L’eau de ce lac renforce la magie, elle te permet de la découvrir et, avec l’entraînement, ce que tu seras capable de faire dans ce lac, tu seras capable de le faire partout dans le monde des contes. Mais avant tout ça, laisse moi te présenter… ton nouveau chez toi ! tadaaaa ! »

Certes, j’avais décidai que je ne serais pas impressionnée par un lac, mais je devais bien avouer que la demeure avait la classe. Pour y parvenir, il suffisait de plonger pour rejoindre tout un réseau de grottes qui, bien qu’elles soient au fin fond du lac, n’étaient pas immergées. Oui, je sais, des grottes au fond d’un lac, ça ne fait pas rêver, mais elles n’étaient pas suintantes d’humidité, froides et glauques. Au contraire, elles me paraissaient chaleureuses, scintillantes des paillettes et décorés par une multitude de plantes. Bref, c’était un parfait nid. J’avais vu des merveilles tout au long de ma vie, j’étais passée devant sans les voir, sans m’en soucier plus que ça. Seulement, il semblait bien que ce lac, je ne sais pas par quel miracle, me redonnait peu à peu confiance en moi, guérissait, non pas mon corps mais mon âme. C’est pourquoi je ne retenais pas mon sourire d’émerveillement, je me sentais en sécurité parmi ses grottes, pour la première fois depuis… depuis si longtemps, je me sentais moi-même. Je n’essayais pas de jouer le rôle de lcelle qui était chargée de faire respecter la loi et la justice ; je ne cherchais pas à être un l’instrument du châtiment que méritait quiconque transgressait mes lois ; je ne tentais pas de faire semblant d’être quelqu’un que je n’étais pas pour les beaux yeux de ceux qui avaient chamboulé mon coeur. Non, j’étais moi, j’agissais spontanément, sans me cacher derrière un quelconque masque. Voilà comment je suis devenue Vivianne, la dame du Lac. Certains m’ont pris pour une fée, cependant, ce n’était pas le cas, je n’étais qu’une simple magicienne, guidée par une fée.

Je me suis faite à ma nouvelle vie. Ce lac… il me ramenait à la vie. Avec l’aide d’Hope, j’arrivais à maîtriser son pouvoir, à comprendre de quelle manière il marchait. À cet endroit, c’était assez simple. Ce qui fut une autre paire de manche, c’était d’arriver à avoir les mêmes résultats en dehors du lac. Eh bien que la fée m’aidait de temps en temps, je devais bien avouer que j’étais loin d’être la meilleure magicienne qui existe. Je n’avais toujours pas compris pourquoi Hope m’avait aidé ainsi. Certes, les fées étaient là pour ça, mais je ne voyais pas l’intérêt. Et c’était vrai que j’avais du mal à comprendre qu’on puisse faire des choses sans arrières pensées. Le temps m’avait rendu bien aigrie. Enfin, il fallait bien que je me fasse à l’idée, elle avait bel et bien été juste gentille avec moi. Peu à peu, je progressais, devenait de plus en plus puissante. En parallèle, des personnes avaient entendu parler de moi, de mes pouvoirs, de mes liens avec les fées. Et certains vinrent me demander de l’aide, ou des conseils. Je dois bien avouer que les premières fois, je n’osais même pas sortir pour savoir ce que l’on me voulait. Je n’imaginais même pas que l’on puisse me demander d’intervenir en faveur de certaines personnes. Oui, je sais, ça fait la fille complètement parano, mais ma première réaction avait plutôt été « qu’est-ce que j’ai encore fait ? » Ce qui, je dois bien le dire, faisait un peu victime sur les bords. Ce ne fut que lorsque je vis Hope, quelques semaines plus tard, que je compris que c’était la fée qui les avait envoyé afin « de me sortir de mon trou et de me montrer que j’étais parfaitement capable de faire le bien autour de moi. » Je vous jure, les fées pouvaient être énervantes parfois. De mauvaise fois, je me contentais de secouer la tête, et de changer de sujet. Mais les venues ne s’arrêtaient pas. Alors oui, intriguée, j’ai commencée à apparaître à une personne, puis à une autre. Et finalement, je me fis connaitre dans la contrée de Camelot. J’ai répondue à plusieurs demandes, participé à quelques quêtes, bref, je me suis fait une réputation, j’ai progressé,… Cependant, n’allez pas croire que j’étais aussi gentille et généreuse que les fées. Je ne répondais pas aux demandes de tout le monde, il fallait que les personnes me plaisent, que je sois bien lunée, que j’estime leur demande juste,… Donc oui, je n’apparaissais pas forcément comme quelqu’un de toujours bienveillant. D’autant plus que j’étais particulièrement rancunière avec les personnes qui m’étaient antipathiques et qui me faisaient des crasses.

Mais je vais plutôt en venir directement aux faits marquants, à ceux qui sont venu bouleverser ma petite vie, cette vie que j’avais enfin trouvé. Je penses que vous m’avez assez cerné pour comprendre qui est venu chambouler tout ceci. En plein dans le mille ! Un homme. Je vous assure, j’ai presque honte d’être aussi prévisible. Cet homme, qui était encore jeune à l’époque, était un magicien. Encore assez méconnu à ce moment-là, il reste le magicien le plus connu de tous les temps… Merlin. Je croisais sa route après que celui-ci ait bu dans le Graal, après la transformation de Nimue, celle qui restera l’amour de sa vie, en cet être qui allait être  nommé « le ténébreux ». Je m’étais mêlée aux humains, non seulement parce que je commençais à m’ennuyer, cela faisait plusieurs dizaines d’années que j’étais au Lac et je commençais à tourner en rond, mais surtout par curiosité. En effet, qui pouvait être ce magicien talentueux dont tout le monde parlait ? Je décidais donc d’aller observer cet homme de plus près, me disant que de toute façon, cette sortie ne pouvait que me divertir. Fut-ce le cas ? Mmmh, disons que ce n’était pas ce que je pensais en parlant de divertissement. Parce que j’avais toujours gardé cette habitude de sonder avant tout l’âme des gens. Et en regardant au plus profond de son être, j’avais l’impression de reconnaître… non, ce n’était pas possible… Je n’avais jamais vu un être aussi pur depuis… depuis tellement longtemps. D’un coup, tous les souvenirs que j’avais décidé d’enfouir à double tour remontèrent à la surface. Une marche, main dans la main. Deux être épris l’un de l’autre en train d’admirer en silence les couleurs d’un soleil se couchant au dessus des près. Une bataille d’eau dans la rivière en-bas du champ où il élevait ses moutons. Je ne pouvais m’empêcher de sourire devant ces images du passé. Mais d’autres vinrent m’assaillir. La sensation d’un danger éminent. Son corps baignant dans son sang. La colère. La tristesse. La haine. Le sentiment que la vie avait quitté mon corps, ce corps qui refusait d’arrêter de fonctionner. Sans m’en rendre compte, les larmes commençaient à monter, je serrais ma mâchoire, mon regard s’assombrissais,… « Et vous ? Pourquoi avez-vous besoin de mon aide ? » Je lancé un regard étonné en direction de la voix. Besoin d’aide ? Je n’avais besoin d’aucune aide. J’étais celle qui apportait son soutient aux autres, il ne fallait pas inverser les rôles. J’ouvrais déjà la bouche pour répliquer, mais il ne me laissa pas le temps d’émettre le moindre son. « Malheureusement, les blessures du coeur sont les plus dures à soigner… » Pour qui se prenait-il ? Comment avait-il oser me faire la morale de la sorte ? Un sourire crispé apparut sur mon visage. J’avais tellement envie de lui cracher au visage que lui, il ne connaissait rien au tourment du coeur, il ne connaissait rien à la magie, il ne connaissait rien à rien. Réflexions tout à fait fausses et puériles, que je retins juste à temps. Secouant la tête, je venais de prendre la décision de rester le plus loin possible de lui. Il me rappelait tellement le dernier homme que j’avais perdu. Il m’intriguait. Mais je savais comment ça allait finir. Je n’allais pas pouvoir m’empêcher de tomber raide dingue de lui et le Destin se fera un plaisir de détruire le bonheur que je pourrais trouver avec lui. Quand bien même j’arriverais à le trouver. Quelle naïveté. Comme si les Destin allait me laisser fuir. Non, il avait fallut que Merlin aille demander conseil à la Dame du Lac au sujet  de Nimue. Il a fallut que je me présente devant lui et que je ne le reconnaisse qu’à ce moment. Pile poil au moment où lui aussi reconnaissait mon visage. Bien sûr, j’avais changé d’apparence en allant au village, mais il arrivait à voir au delà des illusions. C’était bien ma veine. Notre discussion, à ce moment, fut longue, houleuse à certains moments, mais très instructive, pour l’un comme pour l’autre. J’acceptais finalement d’aider Merlin à retrouver Nimue, à chercher un moyen de l’empêcher de nuire. En retour, il acceptait de m’enseigner la magie qu’il avait appris du Graal, une magie qui s’appuyait bien moins sur les éléments naturels et bien plus sur les procédés chimiques et mathématiques qui géraient le monde.

A nouveau, j’étais tombée amoureuse. J’avais beau essayer de me persuader que notre histoire ne marchait pas, je ne pouvais empêcher mon coeur de s’emballer en sa présence, de rester admirative devant son intelligence et son savoir, de trouver enfin quelqu’un qui arrivait à le manier d’une manière juste. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas rencontré quelqu’un qui puisse m’impressionner par sa sagesse. Finalement, il me ressemblait par certains côtés. Il comprenait mes blessures, ayant subi les même. L’amour avait été bien cruel avec lui, comme avec moi. Le temps était un fardeau qui lui pesait de plus en plus. Mais lui n’avait pas perdu espoir. Après les fées, ce fut Merlin qui me permit d’avoir une vie la plus normale possible. De m’apprendre à être plus humaine. À profiter comme eux de chaque moment. À faire des plans, des projets pour l’avenir. Oui, Merlin était tout pour moi. Il était mon ami, mon amour, mon flirt, mon confident, mon mentor. Quant à moi, j’avais décidé de l’aider dans ses entreprises. J’avais aidé Merlin à unir les hommes de Grande-Bretagne autour d’Uther Pendragon. J’avais seulement refusé de l’aider à s’unir le temps d’une nuit à Ygerne. Personne ne devrait se retrouver dans le lit de quelqu’un qu’il n’a pas choisit. Je gardais Excalibure cachée au fond du Lac, jusqu’à ce que vienne le temps de trouver un nouveau roi, le roi, celui qui allait être connu de tous. Je gardais un oeil avec lui sur le royaume, en attendant l’avènement de celui qui allait être le plus grand roi de tous les temps. Je continuais de mener mes recherches sur Nimue et le Graal. Cependant, n’allez pas croire que tout était parfait entre nous. Il y avait des points sur lesquels nous étions en désaccord, et ils étaient plus nombreux que ce que vous pouvez imaginer. Pour ne donner qu’un exemple, Merlin et moi savions parfaitement que le dernier fils du roi Ban de Benoïc et de sa femme, Elaine, était promis à un grand destin. Mais pour pouvoir l’accomplir, il devait être éduqué dans ce but, ce qui n’aurait jamais été le cas s’il était resté auprès de ses parents. Je ne dénigre aucunement leur éducation, mais si elle était plus qu’idéale pour de simples humains, elle ne suffirait jamais à Lancelot pour réaliser ce qu’il avait à faire. Là dessus, nous étions tous les deux d’accord. Mais alors que Merlin voulait l’arracher totalement de la tutelle familiale, afin d’en faire un soldat qui ne se soucierait que de la gloire du royaume et non de la gloire de sa maison, je préconisais au contraire de laisser ses parents l’éduquer, au moins pour ce qui était des règles de la cour. Nous n’avions pas encore pris de décision que Bohort, le frère de Ban décida d’attaquer son frère, qui mourra peu de temps après. Quant à Elaine… son esprit était trop faible pour supporter la mort de son mari. C’est ainsi que le plan de Merlin fut suivit. J’envoyais Hope chercher l’enfant, afin de le mettre le plus rapidement en sureté. Après tout, une fois le père mort, Lancelot était un des plus proches héritiers du royaume de Ban. Une excellente raison pour Bohort de s’en prendre à lui et de chercher ainsi à asseoir son contrôle sur le royaume de son défunt.

Ainsi, Lancelot vint habité dans le lac. Dès que j’eu le poupon dans les bras, je ne pouvais être qu’attendrie par son petit corps chaud et réconfortant. Il y avait des siècles que je n’avais plus tenu aucun bébé dans mes bras. Des siècle que j’avais dû éduquer un enfant. Allais-je seulement y parvenir ? Un nouveau regard sur le bébé endormi eu raison de mes doutes. Cet enfant n’était plus Galaad de Benoïc, fils de Ban et d’Elaine, mais bien Lancelot du Lac, fils spirituel de la Dame du Lac. Depuis, je fis tout ce qui était en mon pouvoir pour venir en aide à celui qui était aussi cher à mon coeur que mes propres enfants. Je le vis grandir avec joie, je l’éduquais du mieux que je pouvais, et plus je le voyais grandir, plus je redoutais le moment où il allait partir. Parce qu’il m’apportait de la joie, qu’il me faisait du bien. Et comme je serais seule sans lui. Alors oui, je l’avouais, j’espérais retarder le moment où il allait me quitter. mais c’était sans compter sur Merlin, qui arriva à le voir, le jour de ses 15 ans pour le pousser à rejoindre le monde des hommes. Adossée contre le mur attenant à la porte de chambre de mon fils adoptif, je n’avais loupé aucune miette de la conversation. Et je ne pouvais m’empêcher d’en vouloir à Merlin pour cette dernière. Pourquoi lui avait-il évoqué son destin extraordinaire ? Evidemment que maintenant, il allait se dépêcher de partir à l’aventure. Je ne pouvais m’empêcher de considérer que mon vieil amis l’avait manipulé.

"- Etais-tu obligé de lui parler de ça maintenant ? 

- Vivianne, n’oublis pas pourquoi nous l’avons arracher aux bras de sa mère. Ce jeune homme doit accomplir son destin. Tu ne peux pas te permettre de le freiner.

- Ce n’est pas qu’un objet ! Il a le droit d’avoir encore quelques années de répit et de bonheur. Tu n’aurais pas dû le manipuler comme tu l’as fait. Avec ce que tu lui as dit, il va s’empresser de courir vers ce destin qui lui semble si merveilleux… et vers les peines qui vont avec. Mais ne t’inquiète pas, je ne l’empêcherais pas de mener son grand destin, je n’irais pas à l’encontre de ta volonté. Laissons Merlin et son esprit de génie faire ce qui lui chante ! "

Après un dernier regard furieux, je lui tournais le dos me préparant à la prochaine conversation que j’aurais avec Lancelot. Car je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il allait me demander de courir vers son destin. Et je devrais alors paraître heureuse pour lui et l’encourager à faire ce que je considérais comme une bêtise. Voyant arriver mon fils en loin, je n’en détestais que plus Merlin. Il était trop tôt pour les adieux. Mais je tins ma promesse et permis à Lancelot de rejoindre la surface, lui proposant de l’accompagner jusqu’à sa destination. Vaine tentative de repousser le moment fatidique des adieux. Et plus je sentais cette heure arriver, plus je maudissais Merlin. Cette rage ne fit que s’accroître durant mon retour, seule, au lac, dans lequel je m’enfermais, refusant de répondre aux appels de Merlin. Je restais penchée sur une étendue d’eau que j’avais ensorcelé pour pouvoir suivre les progrès de celui qui restera mon fils, et ce peu importe son destin, ni même ses actions futur. Je le regardais s’amuser ; tomber amoureux de Guenièvre, d’ailleurs, il semblait qu’il avait bel et bien hérité de ma poisse en amour ; devenir un chevalier de la table ronde ; apprendre la vérité sur ses parents. De rage, j’avais cassé le récipient dans lequel l’eau était retenu. Il suffisait de voir la tête de Lancelot pour savoir ce qu’il pensait de moi. Avec un rire amer, je ne pouvais m’empêcher d’être épatée par ma capacité à prendre toujours les pires décisions quand elles me concernaient. C’est fou, je ne le faisais même pas exprès, je ne savais pas comment je me débrouillais, mais à chaque fois, elles ne m’apportaient que des malheurs. Comme le fait de ne pas dire la vérité à Lancelot au sujet de ses parents. D’avoir toujours repoussé le moment fatidique, au point de ne plus trouver la force de révéler la vérité. Hurlant de rage, j’achevais de casser le meuble qui était devant moi. Pendant des jours, je restais dans cette même rage noir, envers Merlin, envers ceux qui avaient vendu la mèche à Lancelot, et surtout, envers moi-même. Combien de temps aurais-je pu rester comme ça si Hope n’était pas venu m’avertir du danger que courrait Lancelot ? Très, très longtemps, sans aucun doute. Heureusement que ma vieille amie était là pour m’avertir du fait que Méléagan était en train de retourner complètement le cerveau de Lancelot. Vérifiant ses dires grâce à une nouvelle étendue d’eau où se reflétaient l’image des deux hommes, j’étais à nouveau perdue. Lancelot ne m’écouterait jamais, il ne me faisait plus confiance. Non, je n’avais d’autre choix que de demander à nouveau l’aide de Merlin. Le temps de le trouver, de lui expliquer la situation, il était presque trop tard. Une chance, Merlin a pu intervenir à temps, avant qu’il se fasse tuer. Bien sûr, Lancelot n’a jamais rien su de la place que j’avais pris dans l’entreprise qui venait de lui sauver la vie. Comme il n’a jamais su que j’avais continué à veiller sur lui, à l’observer, à surveiller les agissements de Morgane, n’arrivant malheureusement pas à empêcher le chevalier du Lac de tomber dans ces pièges. J’ai assisté à son départ de Camelot. J’ai veillé sur son fils, Galaad. Quant à la guerre entre Morgane et Arthur… J’y prenais part de très loin, aidant de temps en temps Merlin. Finalement Arthur remporta victoire finale. Quant à moi, je m’étais engagée à nouveau pleinement aux côtés de Merlin, le temps, mais surtout l’amour, apaisant ma rancoeur.

C’est ainsi que j’ai pu saisir des images du futur. Merlin en train de mourir par la lame du Ténébreux. Merlin perdant la vie. Un âge de ténèbres qui arrivait. Autant de choses que je ne pouvais pas permettre. Sauf que… comment sauver le seul homme que j’aimais et avec qui j’avais passé tant de temps ? Seul lui savait comment faire. Alors je lui demandais de m’apprendre le sort qui permettait d’enfermer une personne dans un lieu, et ce pour l’éternité. D’abord réticent, il finit, je ne sais pas pourquoi, par changer d’avis. Bref, je penses que vous connaissez tous la fin. J’ai appris ce sort et ai enfermé Merlin à Avalon. Non, je n’avais pas fait ça parce que je me sentais l’âme d’un tortionnaire. C’était tout simplement le seul moyen que j’avais d’assurer sa protection.  Parce que Merlin, comme moi, n’avait que le don de la longévité, pas celui de l’immortalité. On pouvait le blesser, on pouvait le tuer. Et je n’avais aucune idée du moment où ma vision s’appliquerait. Dans quelques jours ? Dans plusieurs siècles ? De la mains de quel ténébreux ? Autant de choses que j’ignorais. Enfermé au fond de mon lac, qui ne laissait passer que les personnes autorisées, il ne pouvait pas être plus en sureté. Et je faisais tout pour rendre son séjour aussi plaisant que possible. je vous jure, j’étais aux petits soins pour lui. J’aurais été sa servante, je n’aurais pas fait mieux. À côté, je suivais l’évolution du monde. J’avais fourni à Merlin un bac d’eau et lui avait enseigné le sort qui permettait de voir le monde à travers l’eau, tant et si bien que l’on pouvait passer des journées sur nos écrans liquides à observer l’évolution du monde, comme deux personnes peuvent passer leur journée côte à côte, à surveiller les réseaux sociaux. Voilà comment, pendant un peu plus d’une dizaine d’année, nous disparûmes tous les deux des radars. Plus personne n’entendait parlé de nous. Mais nous, nous suivions tous. Moi essentiellement la vie des quelques lieux et personnes qui étaient chères à mon coeur. Merlin, quant à lui, s’est vraiment passionné pour la politique des différents royaumes du monde des contes. C’est comme ça qu’il a su pour la malédiction. Sauf que non, il n’avait pas envie de fuir le plus loin possible de celle-ci, mais bel et bien de sauter dedans, s’assurant au passage de pouvoir conserver tout ses souvenirs. Pourquoi avait-il cette envie ? Franchement, je ne l’ai jamais compris. Mais tout seul, il ne pouvait rien faire. Non, il lui fallait sortir de la prison dans laquelle je l’avais enfermé et surtout, canaliser assez de magie pour parvenir à créer un sort qui permette à notre esprit d’échapper à l’oubli. Et finalement, il parvint à me convaincre, me persuadant que c’était l’endroit le plus sûr pour lui. Alors je décidais de le libérer, après avoir compris que la magie serait faible voire quasi-inexistante là où nous allions. Comment le Ténébreux pourrait-il tuer Merlin sans sa magie ? Finalement, c’était peut-être l’endroit où il serait le plus en sûreté. Et pendant que la Méchante Reine préparait son sort, nous préparions le notre. Nous avons vraiment essayé de se soustraire au sort noir. Qui ne le voudrais pas. Mais malgré toutes nos recherches, nous n’avons rien trouvé. Il nous aurait fallut plus de temps, plus d’énergie, plus… plus de tout en fait. Et voilà comment nous fûmes emportés par la malédiction.



***

Dans ma vie à Storybrooke, j’étais Anthéa True-Blade. J’avais eu une vie plutôt tranquille, la vrai madame passe-partout. Fille de parents riches, mais absents, j’avais été élevée à New-York parmi mes frères et soeurs, mes cousins et mes cousines. Une famille nombreuse où je n’avais jamais eu totalement ma place. Seulement, on faisait avec. Et pour m’en sortir, je m’étais rabattu sur les études. Travailler pour ne jamais avoir à dépendre de personne. Ma vocation ? Juge. C’était une évidence, s’il y avait une chose que je détestais, c’était de voir des personnes désobéir à la loi et s’en sortir parfaitement. Peut-être une séquelle de mon enfance où je me faisais marcher sur les pieds par ma famille. Et j’ai réussis, j’étais même plutôt douée. J’avais des affaires de plus en plus importantes. Jusqu’à ce que je tombe sur le cas que je n’aurais pas dû prendre. Un homme d’affaire soupçonné de corruption et qui n’a pas apprécié que je ne cède pas devant ses menaces. J’ai été trop naïve, je pensais qu’il ne les mettrait pas ses menaces à exécution ou que je serais capable d’y faire face. Ce ne fut pas le cas, en quelques mois, ma réputation et ma carrière fut détruite. Et pas un seul de mes collègues me défend. La loi du plus fort. Pour eux, j’aurais dû accepter. Bref, tout était de ma faute et ceux qui ne pensaient pas pareil n’osaient pas se mouiller. J’étais dégoûtais. Evidemment, j’aurais pu retourner vivre auprès de ma famille, dépendre à nouveau d’eux. Mais ça… c’était impossible. J’étais bien trop fière pour l’accepter. C’est comme ça que je me retrouvais à Storybrooke, un lieu assez éloigné pour qu’on me laisse tranquille. Et j’arrivais à ouvrir un cabinet de notaire.Cela faisait déjà quelques années que j’arrivais à le faire tournée, enfin, dans ma tête. Quelques années que je luttais pour oublier tout ça, lorsque la malédiction fut levée. Alors tous mes souvenirs revinrent m’assaillirent. La douleur. La colère. La culpabilité. L’amour. Tout était tellement plus fort, plus intense. Des années et des années de souvenirs, qui venaient m’assaillirent. Trop. C’était trop pour moi. J’arrivais à peine à m’en sortir que toute ma vie me revenait en mémoire. Tous ces moments que je voulais oublier. Je n’arrivais tout simplement plus à contrôler mes souvenirs. Tout ce que j’avais refoulé avant la malédiction revenait de plus belle et me laissait pantoise. Alors je ne sais pas combien de temps je restais cloîtrée chez moi. Tout ce que je voulais, c’était que l’on m’oublie.

J’avais réussi à me faire discrète, à ne rien dire ni faire qui me ferait remarquer. Bien sûr, quelques personnes étaient au courant pour moi. Mais on me laissait plutôt tranquille. Ma réhabilitation fut compliquée. Je ne servais à rien. Depuis la levée de la malédiction, j’avais tout quitté, j’étais encore pire qu’un ermite. Et un autre problème se posait. Le manque de magie. Parce que malheureusement, si la magie était bien revenue, elle était tellement instable que j’étais pratiquement sans pouvoirs. Et même si j’avais depuis longtemps rêvé de devenir mortelle, maintenant qu’il était possible que ma longévité m’ait quitté, j’étais terrorisée par cette idée. Quand on avait tellement l’habitude de ne pas craindre la maladie, la mort, c’était une peur panique qui vous prenait quand vous commenciez à craindre pour votre vie. J’avais bien entendu que certains portails entre les mondes faisaient n’importe quoi. Je savais que certains se retrouvaient à Storybrooke sans savoir bien comment. Je savais qu’au moins une personne était derrière tout ça, bien que j’ignorais qui ça pouvait être. Seulement, au fond, ça m’était complètement égal. Oui, j’étais égoïste. J’aurais peut-être pu aider. Mais rien ne m’intéressait à part moi. Bien que je ne me l’avouais pas, n’aimant pas paraître ainsi. Finalement, je me coupais de plus en plus du monde, devenant de plus en plus aigrie. À nouveau. J’étais immortelle, on me considérait comme sage, mais je ne faisais que répéter les mêmes erreurs.

Ce qui vint me sortir de ce cercle vicieux, ce fut, bizarrement, la pomme de la Discorde. J’en avais découverte une. Je venais de la mythologie grecque, j’aurais du m’en méfier, mais je ne pu m’empêcher de la saisir. Et à partir de ce moment là, mes traits de caractères les plus noirs commencèrent à ressortir. Je me mêlais de tout et de rien, apportais mon grain de sel sans qu’on me le demande, étais une parfaite madame je-sais-tout et piquais les pires crises lorsqu’on ne m’obéissait pas. Je clamais haut et fort qui j’étais, Thémis et Vivianne, alors que j’avais depuis longtemps renié mon statut de déesse de la Justice… J’étais imbue de moi-même. J’étais… détestable, vraiment. Et je n’hésitais pas à punir quiconque osait aller à l’encontre de mes dires. Bon, je me suis retrouvé pas mal de fois en prison, parce que non, ce n’était pas la justice. Mais allez dire ça à une folle furieuse qui se débattait en clamant être à l’origine de leur foutu justice. Ouais, je crois bien qu’à ce moment, je ne m’étais pas faite la meilleure réputation qui soit parmi les habitants de Storybrooke. Et je fut très retorse à lâcher la pomme, utilisant toute la magie que je pouvais dans « ce petit monde minable, habité par des imbéciles incapables de se civiliser tout seuls. » Oui, je me cite, afin de bien vous montrer à quel point j’étais atteinte. Je ne sais pas comment on est parvenue à me faire lâcher la pomme, mais lorsque je revins à la raison… mes Dieux que j’avais honte.

Seulement, ce fut cette honte, ce sentiment de culpabilité qui me permis de me bouger. Je voulais tellement réparer mes erreurs, essayer de me racheter, que je fis un maximum d’effort. Et il était vrai que ce n’était que le premier pas qui compte. Certes, la pomme de la Discorde avait ressorti ce qu’il y avait de plus mauvais en moi, mais j’avais aussi des qualités, et là, j’étais déterminé à les montrer. C’est comme ça que je me rendis compte que j’avais besoin d’aider les autres. Que c’était la seule chose qui me permettait d’avancer. Alors, je sortis de plus en plus, je fis même la démarche de me faire recruter comme professeur d’histoire au lycée de la ville. Enseigner, voire des jeunes humains, ça aussi, ça m’aidait à me sentir vivante. Et en parallèle, je cultivais des plantes thérapeutiques dans mon jardin, j’en ramassais dans la forêt et soignais du mieux que je pouvais ceux qui venaient me demander mon aide. Mais l’histoire de la pomme de la Discorde m’avait mise sur mes gardes. Je savais qu’il y aurais toujours quelqu’un pour fuir ou pour imposer sa loi dans cette ville. Alors je gardais bien précieusement certaines plantes vénéneuses dans une pièce fermée à clef et par un sortilège. Bien m’en pris. Parce que j’avais raison, on ne pouvait pas vivre en paix. Non, il avait fallut que les pirates se pointent et fassent régner leur loi. Une rançon ? ils voulaient une rançon ? Très bien, j’allais la leur donner, parce que je ne fuirais pas, je n’abandonnerais pas. Mais ensuite, qu’ils me laissent en paix.


avatar
Messages : 92

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t488-belle-l-french
Lun 15 Aoû - 14:52

Bienvenue parmi nous.
J'espère que tu te plairas ici.
Amuse toi bien sur le forum.
A trés vite!
Belle.
avatar
Killinours
Messages : 852

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t15-killian-jones-captain
Lun 15 Aoû - 14:53

Bienvenu parmi nous !
On va essayer de regarder ta fiche rapidement, mais avec Nemo on part dans l'aprèm (on va au ciné j'avoue).

Est-ce que par hasard tu serais l'amie de mon frère ?

Edite : oui c'est bien ça ~
Et quand on parle de mon frère on parle pas de Liam 8'D (l'arbre généalogique de ce forum est wtf)




avatar
Invité
Invité

Lun 15 Aoû - 15:32

Belle -> Merci :love: Déjà le forum est trop cool et les membres ont l'air sympa, bref, j'ai hâte d'être validée

Killian -> Merci ;) Vous en faite pas pour la fiche, je comprends, on est en vacances, profitez-en :3 Vous allez voir quoi comme film ? Et oui, je suis faible, je me suis inscrite, mais devant ce design, je ne pouvais pas faire autrement (a) Ah oui, la famille de OUAT, quel labyrinthe
avatar
Killinours
Messages : 852

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t15-killian-jones-captain
Lun 15 Aoû - 15:39

Merci ♥
C'est surtout que demande je rentre en formation donc je profite que je suis là pour aller au ciné (si mon frère est prêt....). On va voir Ghostbusters ♥

On regarde ça mais je pense qu'il va falloir faire attention avec les dieux, je sais pas si t'as lu la fiche de Perséphone qui pose quelques base, on voulait faire quelques fiches en annexes avec des résumés, mais les dieux sont pas accepté en tant que Dieux, seulement des humains sorciers en fait (sinon on a des perso ultra puissants et on se retrouve avec des bug dans les règles de la magie /comme ils l'ont magnifiquement fait totalité de la saison 5 et final saison 3 et certainement saison 4 aussi.... enfin un peu trop souvent quoi XD *oui j'aime pas la saison 5 et là 6 m'inspire pas*/).

Bref on lit tout ça à notre retour, sauf si Nemo à déjà des trucs à dire, je sais pas si elle a lu encore.




avatar
Invité
Invité

Lun 15 Aoû - 16:14

Ah ok :3

Bah pour les Dieux, après, Vivianne a cessé d'être Thémis, donc ses pouvoirs spéciaux en tant que déesse (ceux que j'ai marqué) ont fortement baissé, elle n'a plus les pouvoirs des Dieux à part l'immortalité et j'ai beaucoup posé les limites de ses pouvoirs donc j'espères vraiment que ça va marcher :3
avatar
Piranha Cannibale
Messages : 222

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Lun 15 Aoû - 17:43


(Oui c'était un peu ma réaction quand j'ai vu qu'il y avait un nouveau membre parmi nous ! )

Et ça c'est ma réaction quand j'ai vu l'avatar que tu as choisis (Non non je n'aime pas cette actrice, je l'adoooooore, au passage tu as un avatar magnifique ^^ )

Alors bienvenue à toi parmi nous !!! (je lirais ta fiche dès que j'aurais posté mon message, j'ai déjà lu dans les grandes lignes mais je me plongerais dedans après -nooon mais parce que la recherche de gif, c'est LOOOONG-) Et j'espère aussi que tu te plairas parmi nous ! Tu verras on est de vrai crème et on mange pas les gens (en temps normal <3 )




If you'll be my boat I'll be your sea


I live to make you free But you can set sail to the west if you want to And pass the horizon, 'til I can't even see you Far from here Where the beaches are wide Just leave me your wake to remember you by  | © Vent Parisien






Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité

Mar 16 Aoû - 9:01

Ouah ** C'est trop beau tous ces gifs En tout cas, je suis trop contente que l'avatar te plaise (Claire, elle est trop canon, j'avoue :3) En tout cas, vu le tiens, tu as l'air d'être trop douée en graphisme (ce qui n'est pas du out mon cas, cette image était déjà telle quelle, j'ai juste modifié un petit truc de rien du tout ;) )
Je suis trop contente d'être ici, et oui, vous avez l'air adorables
avatar
Messages : 99

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t388-evil-queen-anciennem
Mar 16 Aoû - 10:43

Moi je vais sévère me fâcher contre toi !
Je détiens le records de la fiche la plus longue ><
La reine est pas contente
*assome Régina *
Bienvenue !!!!!!!!!


True Love Kiss Will Break Any Curse
avatar
Invité
Invité

Mar 16 Aoû - 10:56

Oui, j'avais vu ça :3 Je te rassure, ta fiche est toujours plus longue que la mienne xD Et puis j'ai moins de mérite, je devais allier deux personnages, donc j'avais deux fois plus à dire (a)

En tout cas, j'adore Régina dans la Série, c'est mon personnage préféré pour toute la psychologie qu'ils mettent autour d'elle. Bref, I love you

Et merciiiii :3
avatar
Messages : 99

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t388-evil-queen-anciennem
Mar 16 Aoû - 11:05

Oh merci <3
Moi aussi je l'aime beaucoup ! J'espère que tu te plaira chez nous


True Love Kiss Will Break Any Curse
avatar
Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t327-liam-jones-i-plop-be
Mar 16 Aoû - 12:56

Soit la bienvenue parmi nous!
C'te fiche de malade! HOHOHOHOHO! Ca fait de la lecture j'aime ça!


Embarquez à bord du COINCOIN VOLANT!


avatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Aoû - 13:42

Bienvenue parmi nous ♥



The sky is on fire

tell me what it is you want it to be, in the rain, in the streets, you are amazed by all the things that you see, tell me what I see, hows it got to be black pumpkin


Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité

Mar 16 Aoû - 14:32

Merci à tous les deux Oui, je crois que j'ai jamais fait une fiche aussi longue de ma vie (a)
avatar
Moby-Dick
Messages : 348

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t24-le-mythe-du-nautilus-
Sam 20 Aoû - 5:56

Hey bienvenue officiellement   J'ai honte je croyais être déjà passé sur ta fiche x_x

Alors il y a encore quelques petites choses qui ne vont pas, bien que tu ais ramené comme on le demandais ton personnage à une échelle humaine. Pour la plupart je pense d'ailleurs que sont surtout des oublis dans la correction x)

Enfin du coup comme les dieux sont ici des humains avec des pouvoirs comme les génies ou des sorciers/mages, il n'est pas logique de les différencier en tant que race, donc même si le terme Olympien passe à l'occasion parce que l'Olympe a été ramené à un royaume terrestre humain, les termes Titans et Titanides gardent eux en revanche une connotation trop divine. Il faudrait donc les remplacer par des alternatives ou des termes plus passe partout comme tu l'as fait à certains moments. Le plus logique serait d'ailleurs d'en faire une sorcière ou une magicienne du début à la fin pour remplacer les termes

Pareil avec les termes dieux et déesses du coup qui sont encore présent dans la fiche. Mais je vais tâcher de détailler ça pour t'aider.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Mais peu importe l’image que l’on avait des Titans, et qui reste, au fond, assez négative

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Voilà à quelle époque, moi, Thémis, la Titanide de la Loi Divine et de la Justice

Vivianne A. True-Blade a écrit:
ce n’est pas pour rien que j’étais la déesse de la Loi divine et de la Justice

Donc comme je le disais même si il pouvait être éventuellement considéré comme des dieux par les habitants du royaume, il faudrait quand même éviter les termes dans la fiche parce que sinon on finit quand même par penser que c'est une déesse. Après Thémis peut très bien être celle dont le rôle était d'établir les lois et de veiller à la justice au sein du royaume mais pour le coup "représentante" ou "chargée" de la Loi et de la Justice passerait beaucoup mieux que déesse.


Vivianne A. True-Blade a écrit:
ce si j’étais intelligente au point de savoir ce qui était le mieux pour l’ordre du monde

Vivianne A. True-Blade a écrit:
je ne punissais pas tous les petits écarts de conduite, mais seulement ceux qui empêchaient le bon fonctionnement du monde ?

Pareil ici, cela donne encore trop une échelle divine et omniprésente, il faut vraiment réduire l'échelle, en remplaçant monde par seulement le royaume


Vivianne A. True-Blade a écrit:
j’étais devenue celle qui pesait vos actions, qui jugeait si, globalement, elles étaient bonnes ou non.

Là aussi problème de "mise à l'échelle" ça laisse encore un ressenti de Divin avec le vos qui s'adresse directement au lecteur x) il faut vraiment limiter les actions de Thémis au royaume de l'Olympe où elle faisait partie des "dirigeants"

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Cet homme en train de parler à Métis, l’océanide de la ruse et de la sagesse, qui lui donnait une clef.

Pareil que pour les titanides du coup il faut trouver une formulation plus neutre

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Je croyais bel et bien en un nouvel ordre qui apporterait plus de justice, non seulement parmi les hommes, mais surtout, parmi les divins.

Là du coup je pense surtout que c'est un oubli de retirer le terme suite aux premières modifications, mais voilà faut vraiment éviter tout ce qui se rapporte au terme divin. Ca n'empêche pas que dans notre monde ils soient considéré comme des dieux, mais la réalité dans le monde des contes n'est pas la même du coup.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
J’étais capable de savoir comment régenter le monde, j’étais capable de donner les meilleurs conseils qui soient à Zeus, le roi des Dieux, j’étais cependant incapable de gérer correctement ma vie amoureuse.

A mon avis en remplaçant là aussi le monde par royaume et roi des Dieux par simple roi du royaume de l'Olympe ça passera beaucoup mieux avec les bases du forum ^^


Vivianne A. True-Blade a écrit:
Il ne se serait sûrement pas rapproché de cette aguicheuse d’Héra. Déesse de la famille et du mariage.

Pareil là aussi que pour Thémis, il faut trouver un terme pour remplacer Déesse ou alors ne simplement pas préciser son titre.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Les Dieux n’arrivaient pas à s’entendre

Vivianne A. True-Blade a écrit:
On a souvent dit qu’avec l’évènement de Zeus venait la fin de l’âge d’or du royaume des Dieux grecs.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
À mon départ, mes fonctions furent réparties entre mes enfants et d’autres dieux

Là aussi pour ces points, je pense que tu as juste oublié de modifier x)

Vivianne A. True-Blade a écrit:
me faisant passer pour une magicienne humaine

Attention du coup, sur le forum tous les personnages sont humains ou alors créatures magiques pour certains, donc il faudrait légèrement modifié la phrase.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Non, il n’y avait aucune excuse possible pour déroger à l’ordre du monde

Toujours ce petit problème d'échelle, je pense que là parler simplement de l'ordre établit par ton perso ou qu'elle a tenté d'établir conviendrais mieux ^^

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Si seulement les Dieux avaient droit d’avoir une marraine la bonne fée

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Je n’essayais pas de jouer le rôle de la Titanide de la Loi divine et de la Justice

Là aussi évite le terme de Dieux et Titanide du coup

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Cet homme, qui était encore jeune à l’époque, était un magicien, fils d’un démon et d’une vierge. Encore assez méconnu à ce moment-là, il reste le magicien le plus connu de tous les temps… Merlin

J'ai déjà un peu discuté de ça avec Merlin, mais comme les origines du perso varient selon les versions il aurait mieux valu ne rien préciser pour laisser les choses plus libres. Après en plus il n'y a pas vraiment de démon dans l'univers de OUAT, seulement des créatures ou des monstres maléfiques.


Après concernant la magie et les pouvoirs, il y a là aussi quelques problèmes, comme Thémis n'est pas une déesse du coup, ce n'est pas très logique qu'elle ait perdu une partie de ses pouvoirs, ou alors il faut trouver une bonne raison. De plus même si la magie est instable est différente à Storybrooke la différence de puissance n'est pas si grande. C'est un peu comme Regina, elle a du mal à utiliser la magie au début parce qu'elle est un peu différente dans notre monde mais finalement elle fini par à nouveau parfaitement se servir de ses pouvoirs.

Donc je pense que les pouvoirs restreints que tu as mis seront finalement les mêmes dans la forêt enchantée vu qu'on oubli le côté divin qui amène la surpuissance. Donc il faudra surement éditer cette partie pour faire les ajustements

Pour les pouvoirs en eux même après je vais faire ça plus en détail

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Immortalité : Eh oui, je suis une Titanide, ou pour faire simple, une déesse grecque, et ainsi, je reste immortelle.  Je ne mourrais pas de vieillesses, et ma qualité de déesse me fait rester jeune, mais je suis mortelle. J’avoue ne pas savoir si à Storybrooke, je peux mourir de vieillesse (donc Vivianne ne le sais pas encore, mais elle a perdu son immortalité à Storybrooke et la retrouveras dans le monde des contes)

Déjà même petit problème que sur l'histoire avec le côté divin. Du coup je pense que tu peux remplacer immortalité par simple longévité. Après il n'y a rien à dire sur la description, mais du coup la longévité est normalement toujours "active" depuis que Gold a fait revenir la magie.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
don de clairvoyance : Pour cela, il faut que j’établisse  un contact entre la paume de ma main et l’objet ou la personne dont je veux connaître le futur. Ce don n’est pas le plus puissant que je possède, je ne peux voir qu’une succession d’image, qu’il me faut interpréter. Seulement, le futur reste obscur et je ne vois qu’une partie de ses possibilité, rien n’est sûr. Une fois que j'ai quitté l'Olympe, j’arrivais seulement à ressentir ce que la personne va sentir dans un moment proche, mais ça n'allait pas plus loin, et donc ne sers pas à grand chose, à part à dire « attention, dans pas longtemps, tu vas souffrir. » . Génial comme avertissement, n’est-ce pas ? À Storybrooke, j'ai totalement perdu ce pouvoir.

Si tu gardes cette "puissance" même dans le monde  des contes du coup c'est ok. Par contre ce n'est pas logique qu'elle l'ait perdu à SB, mais comme ce n'est pas un pouvoir qui intervient de manière systématique et intempestive il n'interviendra pas tout le temps. D'ailleurs je préfère précisé pour qu'on soit d'accord, mais connaître certains évènements futurs n'empêche pas qu'il puisse être modifié, mais je pense que tu l'as bien compris ^^

Vivianne A. True-Blade a écrit:
lecture des âmes : Je suis capable de revoir toutes vos actions, toutes les décisions que vous aviez prises, ainsi que les raisons de vos actions afin de juger si, globalement, elles sont justes ou non. Or, plus vos actions sont menées par de bonnes attentions, plus l’aura qui vous entoure est blanche et vice-versa, ce qui me permet donc de savoir si globalement, vos actions sont bonnes ou non, si vous avez un bon fond ou pas, etc. À Storybrook, j’arrive parfois à distinguer un pâle halo autour de vous, mais cela reste très difficile et me demande une grande concentration. Quant à vos actions, en vous touchant, je peux avoir un flash, comme si le souvenir restait collé sur vous et que je pouvais le voir. Mais ce don n’est pas contrôlable et il faut que vous pensiez à l’événements pour que je puisse espérer le voir (ce qui ne sera qu’une vision de quelques secondes, donc très difficile à comprendre).

Là je suis un peu plus réticente je t'avoue. Parce que tout revoir des actions et décisions passé, chez des persos comme Méphi ou autres qui ont plusieurs siècles à leur actif et qui ont certainement pas fait que du bien, bah ça doit être violent pour ton perso x) A la limite que tu pressentes sur la nature des gens, mais je ne sais pas si ça rentre bien dans un vrai pouvoir. J'ai presque l'équivalent avec Méphisto, mais ça n'a rien de magique, c'est juste qu'il est vraiment très observateur et qu'il a une très bonne connaissance de la psychologie humaine.
Après pour les visions de quelques secondes des évènements passé, je pense que ça peu sans doute entrer dans le don de clairvoyance, à voir comment tu préfères gérer ça.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
L’épée de la Justice : Cette épée, je l’ai toujours sur moi, sous la forme d’un collier en forme de balance. Oui, ça craint tous ces clichés, mais j’y peux rien, elle prend la forme de mes attributs. Bref, la particularité de cette épée, c’est sa capacité à agir d’elle même. Quand quelqu’un est coupable, je n’ai qu’a me laisser guider par elle pour la châtier. Seulement, il m’est impossible de blesser quelqu’un que je jugerais innocent. La limite de cet objet, c’est que c’est moi qui décide si quelqu’un est coupable ou non, et mon épée se cale sur mon jugement. Or, je ne suis pas infaillible, au contraire, au fur des années, j’ai perdu pas mal de ma capacité de jugement.

Pour l'épée je t'avoue qu'un objet qui a la capacité d'agir par lui même et qui dispose d'une volonté propre, c'est un peu trop. En plus ça me parait un peu incohérent quand tu dis qu'après tout dépend de ta capacité de jugement et non plus de celle de l'épée ? Surtout que c'est quand même un gros pouvoir au final et qui impact énormément sur les autres jours selon leur nature Donc à mon avis il faudrait vraiment revoir la puissance de l'objet pour que ça passe.

Après les pouvoirs de Viviane sont finalement les pouvoirs classiques des sorciers qu'ont trouve dans la série donc pour ça c'est ok. Juste du coup comme il n'y a pas de grandes différence entre la magie à SB et dans le monde des contes est-ce que du coup tu conserves le pouvoir de guérison (qui dois d'ailleurs entrer dans la simple magie blanche) ou est-ce que finalement tu ne lui laisses que la capacité de guérir via les plantes ?

J'ai conscience que mon post fait un peu pavé et dois faire peur, mais ton histoire étant longue j'ai préféré tout lister pour t'aider à t'y retrouver. Après pour l'histoire ce sont surtout de petits détails, et une fois que tu auras choisi et éditer certains pouvoirs tout devrait être bon. Si d'ailleurs tu as des questions ou besoin d'aide pour cette partie pouvoir/magie ou pour quelques détails de l'histoire n'hésite pas à nous mp

Ah oui et juste une précision Storybrooke prend un e à la fin, ce n'est pas très grave mais beaucoup de monde l'oubli x)


O Captain! My Captain! our fearful trip is done;The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won


LonelySiren:
 

avatar
Invité
Invité

Sam 20 Aoû - 9:11

Ouah, d'abord, je m'excuse encore de la longueur de ma présentation, qui t'a obligée à faire tout ce pavé En tout cas, merci d'avoir mis les citations, ça me facilite grandement :3

Alors, je vais reprendre dans l'ordre

Tout d'abord, les noms "Titans" "Océanides", etc. je les avais laissé comme si c'était le nom de la famille du royaume (parce que c'est ce qui ferait que dans notre monde, on les connaît sous cette appellation :3 ) Et pour le reste, oui, c'était essentiellement des oublis xD.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Mais peu importe l’image que l’on avait de ces sorciers, et qui reste, au fond, assez négative

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Voilà à quelle époque, moi, Thémis, j’ai grandi.

Bon, là, j'avoue, j'ai eu la flemme de faire toute une périphrase, alors j'ai tout simplement supprimé xDD

Vivianne A. True-Blade a écrit:
ce n’est pas pour rien que j’ai été chargée de m'occuper de la Loi et de la Justice

Vivianne A. True-Blade a écrit:
je n’y pouvais rien si j’étais intelligente au point de savoir ce qui était le mieux pour l’ordre du royaume

Du coup, là, pour ce que j'avais mis avant, c'était surtout pour illustrer toute la confiance en elle et le caractère hautain de Vivi' à cette époque (mais "ordre du royaume", ça marche très bien aussi )

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Étaient-ils vraiment bête au point de ne pas comprendre que je ne punissais pas tous les petits écarts de conduite, mais seulement ceux qui empêchaient le bon fonctionnement du royaume ?

Capitaine Nemo a écrit:
Vivianne A. True-Blade a écrit:
j’étais devenue celle qui pesait vos actions, qui jugeait si, globalement, elles étaient bonnes ou non.

Pour le coup, elle aussi, je l'ai supprimé :3

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Cet homme en train de parler à Métis, une sorcière réputée pour sa ruse et sa sagesse, qui lui donnait une clef.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Je croyais bel et bien en un nouvel ordre qui apporterait plus de justice, non seulement parmi les hommes du royaume, mais surtout, parmi leur dirigeant.

Alors oui, là c'était un oublie de ma part xD

Vivianne A. True-Blade a écrit:
j’étais capable de donner les meilleurs conseils qui soient à Zeus, le roi du royaume, j’étais cependant incapable de gérer correctement ma vie amoureuse.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Il ne se serait sûrement pas rapproché de cette aguicheuse d’Héra. Chargée de veiller sur la famille et le mariage.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Notre famille n’arrivait pas à s’entendre, mais voilà que le mal se propageait parmi les gens du royaume.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
On a souvent dit qu’avec l’évènement de Zeus venait la fin de l’âge d’or du royaume.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
À mon départ, mes fonctions furent réparties entre mes enfants et d’autres sorciers de la famille.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
me faisant passer pour une magicienne,

Là aussi, j'ai simplement supprimé le "humaine" :3

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Non, il n’y avait aucune excuse possible pour déroger à l’ordre du monde

Celle-là, je l'ai juste supprimé xD

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Si seulement j'avais le droit d’avoir une marraine la bonne fée.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Je n’essayais pas de jouer le rôle de lcelle qui était chargée de faire respecter la loi et la justice ;

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Cet homme, qui était encore jeune à l’époque, était un magicien.

Là aussi, j'ai supprimé la fin Je ne sais même pas pourquoi je l'ai mis, parce que j'avais aucune raison de préciser (think)
Bref, je crois qu'au niveau de l'histoire, j'ai fais le tour xDD

Maintenant, pour la magie *change de fiche* Alors d'abords, j'avais mis de changements entre le monde des contes et SB parce que, pour moi, avant la levée de la malédiction, à SB, la seule magie était possible en prenant l'énergie des objets enchantés (par exemple, les coeurs pour Régina), et une fois que Gold a ramené la magie, celle-ci était beaucoup plus faible et difficile à faire fonctionner Mais si ce n'est pas le cas, j'avoue que ça m'arrange, ça m'évite de trouver je ne sais combien de degré de puissance pour mes pouvoirs Donc du coup, j'ai supprimé les précisions sur SB, j'espère que j'ai bien compris, parce que maintenant, j'ai un doute (think)

Donc, j'ai changé ce pouvoir :

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Longévité : Eh oui, je suis une Titanide, ou pour faire simple, une déesse grecque, et ainsi, je ne mourrais pas de vieillesses, et ma qualité de déesse me fait rester jeune, mais je suis mortelle. J’avoue ne pas savoir si à Storybrooke, je peux mourir de vieillesse

Ensuite, pour le don de clairvoyance, oui, je garde cette puissance, en fait, j'ai gardé ce pouvoir juste pour expliquer que Vivi' avait ressenti le danger qui va peser sur Merlin et qu'elle a essayé de modifier le court du temps. Et donc oui, pour le fait que le futur reste toujours modifiable, je suis entièrement d'accord :3

Alors, pour celui-là :

Vivianne A. True-Blade a écrit:
lecture des âmes : Je suis capable de revoir vos actions, les décisions que vous aviez prises, ainsi que les raisons de vos actions afin de juger si, globalement, elles sont justes ou non. Or, plus vos actions sont menées par de bonnes attentions, plus l’aura qui vous entoure est blanche et vice-versa, ce qui me permet donc de savoir si globalement, vos actions sont bonnes ou non, si vous avez un bon fond ou pas, etc. Après mon départ du royaume de Zeus, je ne pu que voir l'halo qui vous entourait et, parfois, avoir un petit flash de vos actions, en vous touchant, et si vous pensez à cette dernière. Mais ce don n’est pas contrôlable et il faut que vous pensiez à l’événements pour que je puisse espérer le voir (ce qui ne sera qu’une vision de quelques secondes, donc très difficile à comprendre).

Oui, je suis d'accord (think) Du coup, j'ai supprimé le qualificatif "toute" et une fois partie du royaume de Zeus, il est beaucoup plus faible, donc ça devrait passer, je pense xD. Et du coup, le fait de voir, parfois, ses actions, je le garde ici, parce que ce sont les actions passées et non futures. Bref, je laisse comme ça pour l'instant et s'il faut que je remodifie, il y a aucun problème

Et enfin, pour l'épée de la justice xD J'avoue que je ne le voyais pas comme toi, pour moi, j'ai mis qu'elle agissait seule pour ne pas faire de Vivi' une combattante (sans son épée elle est rien). Mais il fallait quand même quelque chose qui justifie qu'elle est pu imposer ses idées à sa famille, dont les membres ne sont pas des tendres Et quant au fait, que l'épée soit lié à la façon dont Thémis perçoit la justice, c'est pour éviter que ce soit trop cheaté. Parce que là, en fait, cette épée peut se tromper, on ne peut pas dire, par exemple, que pour savoir si une personne est coupable, on va essayer de la transpercer avec l'épée de Thémis et que si ça marche il est coupable et sinon, non. Je ne sais pas si c'est très clair xD, mais en fait, c'était pour montrer que Thémis a toujours pu se tromper. Enfin, de toute façon, j'ai supprimé l'histoire qu'elle agit toute seule donc normalement, ça devrait être bon :3.

Vivianne A. True-Blade a écrit:
L’épée de la Justice : Cette épée, je l’ai toujours sur moi, sous la forme d’un collier en forme de balance. Oui, ça craint tous ces clichés, mais j’y peux rien, elle prend la forme de mes attributs. C'est une épée somme toute normale. Seulement, il m’est impossible de blesser quelqu’un que je jugerais innocent. La limite de cet objet, c’est que c’est moi qui décide si quelqu’un est coupable ou non, et mon épée se cale sur mon jugement. Or, je ne suis pas infaillible, au contraire, au fur des années, j’ai perdu pas mal de ma capacité de jugement.

Et donc du coup, oui, je crois que je vais laisser à Vivi' la capacité de soigner par les énergies naturelles (think).

Donc voilà, normalement, j'ai fait le tour Après, je tiens à préciser que normalement, je pars cet après-midi pour quelques jours (normalement jusqu'à jeudi-vendredi) en Normandie et donc que je ne pourrais pas faire les modifications futures avant mon retour (de toute façon, je vais poster une absence :zad: )
avatar
Le Blaireau des Sept Mers
Messages : 270

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t34-du-rhum-des-femmes-et
Sam 20 Aoû - 11:54

Hooooooooooonte à moi de ne pas être passé plus tôt désolédésolédésolédésolédésolé ><

Alors un grooooooos bienvenue et mazette c'te fiche Oo Et moi qui me demandait ce que j'allais faire de mon aprèm 8D

En tout cas j'espère que tu te plairas parmis nous =D


avatar
Killinours
Messages : 852

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t15-killian-jones-captain
Sam 20 Aoû - 13:58

Hello !
Au passage pour les termes de titans et autre, j'ai pas tout lu j'avoue, mais si t'as besoin de changer ou que tu veux remplacer, tu peux les faire passer pour des golems ou des élémentaires.

Bienvenu et bon courage sinon, je te laisse aux mains de Nemo ~




avatar
Invité
Invité

Sam 20 Aoû - 16:07

Ah oui :3 Merci de l'idée, mais du coup, je les ai simplement fait passer pour des sorcier
avatar
Moby-Dick
Messages : 348

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t24-le-mythe-du-nautilus-
Dim 21 Aoû - 2:13

Aloooors Oui je préfère abuser des citations en général sur les longues fiches, c’est plus simple pour tout le monde comme ça xD (enfin du coup ça donne aussi le superbe effet pavé à ton post 8D)

Sinon pour l’histoire il y a un ou deux détails que j’ai oublié hier, je m’excuse x_x

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Cette rage ne fit que s’accroître durant mon retour, seule, au lac, dans lequel je m’enfermais, refusant de répondre aux appels de Merlin, lui balançant sa chère Excalibure au visage, après qu’il m’ait rappelé je ne sais plus combien de fois.

Est-ce que logiquement à ce moment Excalibur n’a pas déjà été récupéré par Arthur ? Peut-être vaut-il mieux rester plus vague et ne pas parler de l’épée à cet endroit.

Du coup les modifs de l’histoire me conviennent, donc ce coup-ci je vais vraiment me concentrer sur la partie pouvoir ^^


Donc concernant la magie en elle-même oui notre monde est bien le seul sans aucune magie, donc pendant les 28 ans de malédiction personne n’avait accès à la magie vu qu’elle n’était finalement présente que sous forme très rare et résiduel dans certains objets (notamment la bague que Daniel avait donné à Regina). Ce n’est qu’une fois que Gold a ramené la magie qu’en effet tous ceux qui en avaient ont retrouvé leurs pouvoirs x) Mais les mondes étant différent il a fallu un temps d’adaptation pour la plupart avant de pouvoir l’utiliser normalement (on le voit quand Regina fail sa boule de feu ou qu’elle n’arrive pas à activer le chapeau de Jefferson). Donc Thémis a pu rencontrer les mêmes difficulté au début, mais comme on se situe après chronologiquement il n’est en effet pas nécessaire que tu t’embêtes à faire des degrés de puissance vu que à ce stade tout le monde à normalement recouvré tous ses pouvoirs à une puissance quasi similaire à celle dans le monde des contes (après les failles et perturbations magiques créent des problèmes mais elle n’affecte pas la puissance de base)
J’espère que ça t’éclaire un peu ^^’ Je pense que je vais aller faire une mise à jours des annexes magiques et des royaumes après ça, ça peut être utile x)

Du coup je vais repartir point par point pour la partie pouvoir de ta fiche

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Avant toute chose, il faut savoir qu'une fois que j'ai quitté mon "poste" de Titanide de la Loi Divine et de la Justice, j'ai perdu la plupart de mes pouvoirs de déesse, ceux que j'ai marqué sont les seuls qu'il me reste. De plus, les pouvoirs de Vivanne sont plus puissants si elle se trouve dans son lac.

Bon déjà j’ai dû zapper ça hier en relisant (ce qui vu l’heure m’étonne pas trop xD), comme quoi personne n’est à l’abri des oublis x) Après comme dit dans mon post précédent ce n’est pas logique qu’elle perde une partie de ses pouvoirs simplement en quittant l’Olympe (pour le lac c’est différent vu que lui il est magique de base dans ta fiche) donc il faut voir les pouvoirs de Thémis comme ceux « inné » et les pouvoirs de Vivianne comme ceux appris finalement. Donc tous les pouvoirs de la partie Thémis sont ceux qu’elle a toujours eu techniquement.

De même dans l’encadré de présentation générale (que j’avais complètement oublié de relire x_x)

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Vivanne A. True-Blade, est née dans la Terre-mère, Gaïa où il/elle était Titannide de la Justice et de la Loi Divine.

Donc pour le lieu de naissance remplace simplement par le royaume enchanté ou Misthaven et pour son rôle met juste qu’elle s’occupait de la loi et de la justice comme tu l’as mis dans l’histoire ^^


Donc maintenant les pouvoirs en eux-mêmes x)

Longévité : Alors il n’est pas vraiment utile je pense de préciser l’origine du pouvoir, vu que c’est finalement un don assez récurent  et que l’on accepte sans trop de mal sur le forum x) Parce que sinon ça t’oblige là encore à mettre des alternatives pour les termes liés au statut Divin x) En revanche il est normalement toujours bien présent à SB ?

Don de clairvoyance : Rien à redire pour celui-là du coup, juste que là encore ce n’est pas logique qu’il perde en puissance donc ce niveau de pouvoir que tu as décrit était déjà celui que Thémis possédait quand elle vivait dans l’Olympe.

Lecture des âmes : Le problème c’est que là aussi il n’a pas de vrai raison de baisser en puissance et du coup ça fait un peu too much quand même vu que ça cumule vision des actes passé et perception des intentions et « auras » pour simplifier la chose. Donc il va soit falloir réduire encore la puissance soit faire un choix entre la vision des actes passé ou la lecture des auras. Ou alors passer ça comme des intuitions ou de des pressentiments un peu comme Emma qui arrive à percevoir quand on lui ment. Thémis pressentirait donc si les intentions des personnes sont juste ou plus complexe voir pas totalement désintéressé ?

D’ailleurs est-ce que ce pouvoir va bien être utile ? Parce que au final tout le monde peut basculer du mauvais ou du bon côté donc c’est quelque chose de très changeant et de très variable selon nos actes et nos choix et tout peut changer très rapidement

Après je comprends que c’est un don qui doit appuyer son statut de représentante de la justice, mais personnellement j’opterais plutôt pour la vision brèves des actes passés quand la personne y pense et une légère perception des intentions dans ces moments, mais ce n’est qu’un choix personnel x)

L’épée de justice : Du coup pour l’épée en effet on a pas dû voir la chose de la même façon x)  Mais du coup j’ai des questions en plus pour bien comprendre le principe et juger le niveau surtout. Donc en fait si j’ai bien compris, c’est un artefact magique et qui ne fonctionne qu’entre les mains de Thémis. Entre les mains d’un individu lambda ce serait donc une simple épée normale ? Et dans ce quels dégâts ou blessures elle inflige quand elle est entre les mains de Thémis et que celle-ci juge quelqu’un coupable ?

Après oui mieux vaut en faire quelque chose de faillible (c’est après tout un des principes de la nature humaine)

Maitrise des éléments : Là je n’ai rien à redire (attention toutefois avec la forme solide de l’eau, tu resteras à mon avis moins puissante que la magie d’Elsa dans ce domaine)

Guérison par la nature : Rien à redire pour cette partie x)

Magie : Là aussi rien à redire, tous les sorciers sont capables de lancer des sorts tant qu’ils les ont appris ^^

Après dernier petit point, est-ce que dans les qualités/ défauts la peur de la douleur a bien raison d’être comme Thémis bien que ne pouvant pas mourir de vieillesse reste quand même mortel ?

Et sinon la partie anecdote fait un peu double emploi avec l’histoire au final et on ne la demande pas forcément donc si tu veux l’enlever c’est possible

Je m'excuse pour le temps de réponse ... j'aurais du poster beaucoup plus tôt normalement, mais entre internet qui m'a planté et ce maudit raccourci clavier sur la touche retour j'ai du réécrire ma réponse deux fois et j'avoue que j'ai eu envie de me pendre x_x

En tout cas pas de souci pour ton absence on comprends bien et les modifications attendront bien ton retour x)


O Captain! My Captain! our fearful trip is done;The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won


LonelySiren:
 

avatar
Invité
Invité

Sam 27 Aoû - 15:22

Oui, c'est vrai que les grands postes comme ça peuvent faire assez peur, mais c'est beaucoup plus pratique

Bien, alors pour la partie sur Excalibure, je l'ai supprimé, comme ça, il n'y a pas de problème

Vivianne A. True-Blade a écrit:
Cette rage ne fit que s’accroître durant mon retour, seule, au lac, dans lequel je m’enfermais, refusant de répondre aux appels de Merlin.

Ok, pour la magie, j'ai compris, je préférais juste être prudente, histoire de ne pas faire de contre sens :3

Alors pour moi, au contraire je trouve ça normal que certains de ses pouvoirs perdent en intensité En parti parce qu'elle ne les utilise plus beaucoup. Mais du coup, ok, j'ai supprimé ça.

Ensuite, pareil, j'avais oublié ce début (j'ai trop survolée dans ma relecture), bref, j'ai modifié pour que ça donne ça :

Vivianne A. True-Blade a écrit:
ivanne A. True-Blade, est née dans le royaume des Dieux grecs où il/elle était sorcière chargée de la Justice et de la Loi Divine.

Donc, tous les pouvoirs, j'ai modifié pour que ça aille

Alors, pour l'épée de la justice. Bah oui, donc du coup, ce serait juste une épée normal (qui peut se transformer en collier) et qui, dans les mains de Vivianne, a les effets que j'ai décris. Bref, en fait, c'est plutôt un désavantage, c'est pour ça que je cherchais quelque chose qui rééquilibre avec le fait qu'elle ne peut pas l'utiliser contre tout le monde, mais j'ai pas trop d'idée (think)

Pour le caractère, oui, j'ai supprimé cette donnée, mais j'aimerais bien garder le petit résumé, simplement parce que ma fiche et super longue et que je comprends que tout le monde ne soit pas motivé à la lire, donc ça permet d'avoir une idée global de l'histoire de mon personnage. Après, si vous insistez, je l'enlèverais, bien sûr
avatar
Moby-Dick
Messages : 348

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t24-le-mythe-du-nautilus-
Mar 30 Aoû - 2:05

Heeey Désolé de ne pas être passé sur ta fiche plus tôt, mais comme on était de convention ce week-end je n'ai pas eu trop de temps pour regarder tes modifications éè

Alors je vois ce que tu veux dire pour les pouvoirs et le fait de moins les utiliser, mais plutôt qu'une perte d'intensité je pense que tu voulais finalement dire une perte partiel de la maitrise x) C'est comme les premiers temps aux retour de la magie. Mais je préfère que tu laisses dans ta fiche le niveau de maitrise et les effets normaux. Après tu es libre en rp de ne pas les utiliser à leurs pleines puissances pour jouer sur le côté manque de pratique, sans avoir à forcément te casser la tête à établir toute une échelle de degré de puissance. Le plus important pour nous est de connaître les capacités maximum, afin d'éviter les débordements x) Bref je t'embête pas plus avec ça

Donc finalement l'épée inflige des blessures classiques et tout ce qu'il y a de plus normal pour une épée même entre les mains de Thémis ? Elle ne blesse juste pas les gens que Thémis juge innocent. Désolé de t'embêter avec ce point mais c'est pour savoir à quoi s'attendre si jamais tu te retrouves dans un rp où tu juges quelqu'un coupable et où tu décides d'utiliser l'épée Après si tu as besoin d'aide pour trouver quelque chose qui équilibre mieux tout ça on peux y réfléchir ensemble, mais ton perso est quand même loin d'être sans défense si c'est cela qui t'inquiète x) Ou alors je n'ai pas bien compris ta phrase (ce qui peut arriver xD)

Voilà à part cette petite question sur l'épée, toutes les modifications me conviennent ^^ Tu pourras te lancer bientôt dans le rp x) Et encore désolé du temps pris pour m'occuper de ta fiche x_x


O Captain! My Captain! our fearful trip is done;The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won


LonelySiren:
 

avatar
Killinours
Messages : 852

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t15-killian-jones-captain
Sam 3 Sep - 16:05

Hello. Je viens ajouter mon grain de sel.
Alors déjà normalement Nimue et la Dame du lac sont une seule et même personne à la base. De plus, on prend pas du tout en compte la série et tu t'es quand même basé dessus en disant que le premier amour de Merlin était Nimue et la première Dark One. Déjà ça impliquerait que Merlin soit bien plus vieux que les modifications prévus en terme d'âge, mais qu'en plus Nimue et Merlin aient quelque chose à voir avec le Dark One. Du tout il faudrait juste mentionner que merlin a eu un premier amour sans mentionner qui c'est du tout. Surtout que ça n'a pas une importance capitale par la suite, limite laisser champ libre à Merlin pour ça, quitte à en fait un PV par la suite.
De même, pour Excalibur je pense qu'il faudrait éventuellement en parler avec Arthur, je vais poster sur sa fiche mais faudrait vous arranger selon pour qui ça aurait le plus d'impact sur l'histoire. Il y a PLEINS de version des légendes Arthuriennes qui sont toutes assez complexes et faire des mixte en plus par dessus ça peut vite devenir compliqué, donc à se méfier. Pour des contes plus simples, courts et avec moins d'infos, les mixtes sont super intéressant ou pour des petits personnages ou des liens, mais là attention. J'ai pas encore eu le temps de faire une lecture approfondi de ta fiche, j'ai survolé un peu mais j'en ai parler avec Nemo, il viendra corriger si besoin...




avatar
Moby-Dick
Messages : 348

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t24-le-mythe-du-nautilus-
Dim 9 Oct - 21:31

Hello

Je viens prendre des nouvelles concernant l'avancement de ta fiche puisque cela va faire presque deux mois maintenant qu'elle est commencée. Est-ce que tu t'en sors ? ^^
Si tu as besoin de temps supplémentaire ou d'un peu d'aide, n'hésites pas à nous en faire part, ou au moins à nous donner de tes nouvelles ^^

Cependant, si nous n'avons pas de nouvelles d'ici le 15 octobre, ton compte sera supprimé et la fiche sera placée aux archives, au cas où tu souhaiterais la récupérer


O Captain! My Captain! our fearful trip is done;The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won


LonelySiren:
 


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marchens Destiny :: Ever After... :: Archives des Fiches-