FAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

I'm drunk...because of YOU!

avatar
Messages : 47

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Sep - 21:38

Jules Capulet

Roman Hill

A lie for a smile
J'étais passé à l'hôpital, après qu'il m'est raccompagné jusqu'aux portes en verre. On avait discuter encore un peu, puis il m'avait laissé. Je n'avais pas eu le coeur à regarder s'éloigner sa silhouette. J'étais rentré à l'hôpital, j'avais fait ma visite, avec une infirmière drôlement mignonne, qui me faisait de grand sourire. Mais là non plus je n'avais pas le coeur à draguer. Elle me l'avait fait remarquer, que j'étais moins jovial que d'ordinaire, ce à quoi je lui avait répondu que j'étais un peu fatigué. Je n'allais pas lui dire que je m'tais pris un rateau...parce que techniquement ce n'était pas le cas.

J'avais poussé un gros soupir, lorsque le medecin qui me suivait était entré pour me faire passé les examens habituels. Et comme prévu, il m'avait dit de me reposer, sans quoi il allait me faire interner ici, que ça me plaise ou non. Alors j'étais sorti, avec mon papier qui m'interdisait de travailler pendant quinze jours. J'allais passer deux semaines à me morfondre et a imaginer le pire dans tout ce que je pouvais faire. Super. Je debordais de joie. J'avais été tenté de jeter le papier et de faire comme si de rien n'étais...mais quelque chose m'avait retenu. Un cas de conscience peut-être.

J'étais rentré chez moi.

Les jours étaient passé, mais je ne l'avais pas revu. Je n'avais pas été travaillé. J'avais demandé à ma manager de ne pas dire que j'étais "malade" pour inquieter personne. Mais plus me temps passait et plus je perdais la tête. Je restais chez moi, a ne rien faire, à repenser à tout ce qu'il m'avait dit, et tout ce que je n'étais pas capable de lui dire. La seule raison pour laquelle je suivait les ordre du docteur c'était parce que je ne risquais pas de le croiser chez moi...mais ça ne me faisait pas aller mieux. Je faisais des cauchemars horrible en rapport avec ce qui c'était passé dans cette autre vie...j'imaginais le pire...Et je me reveillais en proie a des crises d'angoisses de plus en plus violente. Je perdais le sommeil, je perdais l'appetit. Tu vois Jules, j'avais raison, de ne pas vouloir rester chez moi.

J'avais cependant suivit son conseil, d'aller faire me faire masser...mais c'était loin de me detendre. Non au contraire je ne cessais d'imaginer que le jeune homme qui faisait glisser ses doigts dans mon dos, n'était autre que ma "juliette". Et ça ne m'aidais pas. Agaché, j'avais reglé ce que je devais et j'étais parti.

J'avais errer dans les rues, jusqu'à la tombée de la nuit, puis je m'étais arrêter devant l'enseigne du bar "Le Rabbit Hole". Bien soit. Puisque ni le repos, ni les massage, ni le silence ne pouvait me le sortir de la tête, alors j'allais boire...pour lui...a cause de lui...pour oublier TOUT de lui.

Et j'étais rentré dans le bar. La penombre et les néons agressèrent mes yeux. Je n'étais pas habitué a ce genre d'endroits. Je dirais même que c'était bien la première fois en deux vie que je m'étais le pied dans un bar. C'était contraire à mon image. Mais au diable l'image. Ce soit je n'en avais rien à faire.

Je m'étais fait une place au comptoir, près d'un homme en noir. Il regardait le fond de son verre, sans doute comme j'allais regardé le mien dans quelques heures. DEsignant son verre, j'avais demandé "la même chose". Je n'étais pas habitué a boire, alors autant dire qu'un verre de rhum, ça fouette le sang. Mais j'étais là pour me bourrer la gueule, alors autant le faire jusqu'au bout.
Mais comme je n'avais jamais bu....je devais être de ce gens qui parle enormement quand ils boivent trop...un type chiant en somme...pauvre gars qui était à coté de moi.

D'ailleurs je m'étais mis à le regarder avec insistance, en détaillant son profil. Il était pas mal dans son genre. Pour un mec. Pas autant que l'homme qui remplissait ma tête, mais pas mal du tout. Est-ce que j'en étais arriver à vouloir boire pour oublier, peu importe ce qui pourrait bien arriver en suite? Et bien on dirait bien que oui...

Je demandais qu'on nous remplisse nos deux verres, et lui adressait un sourire maladroit.

"C'est ma tournée"


J'étais un peu con. Beaucoup même. Mais pas grave, s'il me rembarrais et bien j'irais me trouvé un autre copain de beuverie. Je n'étais pas à sa près. J'avais la nuit pour boire a m'en rouler par terre.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marchens Destiny :: Storybrooke :: Centre Ville :: Le Rabbit Hole-