FAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

The dark side of the rainbow

avatar
Piranha Cannibale
Messages : 223

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Dim 30 Oct - 21:43

The dark side of the rainbow
Ft Ama



« Qu’est-ce que c’est que cet accoutrement ? Tu crois vraiment que tu vas sortir dans cette tenue Mélusine ? »


Je levais les yeux au ciel, m’arrêtant sur le pas de la porte. Ne me retournant même pas. Mes relations avec mon frère étaient… Compliqué. J’avais oublié jusqu’à son existence à cause d’un enchantement. Lui avait été prisonnier durant la centaine d’année que j’avais passé à bourlinguer avec un certain marin, mais le petit brun n’en restait pas moins dur à vivre du fait de sa haine profonde des humains et de sa peur qui contrastait avec ma curiosité sans borne des humains malgré les sévices que j’avais eu, et ma peur qui se mêlait parfois au mic mac. Une histoire de vie semblable… Et pourtant une finalité différente. Mon expression se modifia pour qu’un sourire doux débarque sur mon petit minois. Etre gentille avec lui parce que il avait eu des soucis… Je savais faire ! Après tout, il avait été transformé en humain par… Une « folle dingue à la crinière rutilante ». Si la folle dingue voulait bien me passer la recette de son après shampoing, ça pouvait être intéressant. Enfin bref. Il fallait être GENTILLE. C’est pour cette raison que je me retournais avec un doux sourire. Malgré son air soupçonneux et sa haine, je commençais à m’attacher à cet homme. C’était… Ma famille ?

« Je t’ai déjà expliqué ! C’est pour Halloween, je vais ramasser des bonbons, et après je les partageraient avec toi ! »

Il plissa les yeux, ne semblant pas convaincu.

« ça m’explique pas pourquoi tu sors avec une… Un… Une peau d’animal mort sur le dos ! »

Je regardais mon reflet dans le miroir de l’entrée, le regard pétillant d’amusement.

« Mélior… C’est parce que c’est un déguisement, je suis un dragon ce soir… Grrrou ! ça se voit pas ? »

J’avais enfilé un kigurumi, une sorte de pyjama-déguisement… Y’avait pas vraiment de définition pour ce truc, a part qu’on pouvait sans doute en rentrer deux dedans, mais dans ce cas-là ce n’était plus un costume de dragon mais d’hydre. Je sortis donc malgré les protestations d’un frère bien trop protecteur pour son bien… Petit sceau à bonbons en forme de citrouille en main, qui se remplit au fur et à mesure de ma petite visite. Lorsque j’arrivais devant une maison… Vachement bien décorée en fait. Le jardin paraissait abandonné depuis des mois, des fausses toiles d’araignées avaient étés placés ici et là, les araignées faisaient aussi vraies que nature… Impressionnant… Les végétaux poussaient en pagaille, mais mon petit doigt me disait que le lierre qui attaquait quelques structures du bâtiment était en plastique. Ils avaient même été jusqu’à exploser quelques vitres et les teintes pour faire croire à quelque chose d’abandonné. J’avais entendu parler d’un concours de décoration de maison… C’était peut être ça… (Ceci s’appelle la « Rationalisation » ou comment rendre un évènement totalement surnaturel et étrange totalement normal en trouvant des explications un peu débile… C’était aussi une sorte d’auto persuasion… parce que on est pas parfait, ça se saurait sinon) Toujours est-il que la pensé qui me traversait le cerveau à cet instant précis était tout simplement « Si cette maison est si bien décorée, je vais pouvoir réclamer des tas de bonbons », gourmandise quand tu nous tiens. Si j’avais sus… Je s’rais pas venue ! Enfin toujours est-il que je me retrouvais devant la porte, prête à frapper, quand la porte s’ouvrit pour me laisser entrer. Le porter avait un crâne à la place de la tête, étant dans une pénombre, je ne voyais pas vraiment bien.

« Heu… Bonjour… Enfin… Je veux dire… Des bonbons ou un sort ? Votre déguisement il est pas mal hein… »

Le petit ricanement gêné qui sortit de ma gorge avait tout à voir avec mon malaise… Je me dandinais d’une jambe à l’autre, me rendant compte que la poussière était réelle et que les araignées aux toiles au final… Bougeaient.

« Vous vous êtes donnés du mal pour décorer votre maison pour l’occasion, ça va prendre du temps de nettoyer tout ça… Vous y arriverez tout seul ? Vous voulez de l’aide ? »


Une autre personne entra dans la maison dans le même laps de temps, je devais avouer que j’aurais presque sauté dans les bras de la dite personne que je connaissais. Mais me figeais lorsque l’homme se mit à parler à nouveau. Il s’était présenté tout à l’heure sous le nom de Mortimer.


« En vérité vous ne ressortirez pas d’ici, stupides mortels ! »

Il se bidonnait comme si tout ça était une farce… Je devais avouer que j’aimais pas trop son humour. Toujours est-il qu’il se volatilisa sous mes yeux, je dus les frotter à trois reprises pour m’en assurer, puis un claquement sonore me fit tourner sur moi-même, repérant la source du bruit pour me jeter sur la porte d’entrée et de tirer dessus.

« S’il te plait ? Sésame ouvre-toi ? Alllleeer ! Je m’amuse pas du tout là ! Je veux sortir ! »


Bien consciente que la porte ne bougerait pas d’un iota… Je finis par me tourner vers Ama.

« Salut toi…. Hé bien… Je propose qu’on cherche une autre sortie ? »





If you'll be my boat I'll be your sea


I live to make you free But you can set sail to the west if you want to And pass the horizon, 'til I can't even see you Far from here Where the beaches are wide Just leave me your wake to remember you by  | ©️ Vent Parisien






Spoiler:
 
avatar
Messages : 21

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Oct - 13:45

'
'


The dark side of the Rainbow

Victoria et Ama (encore)



La soirée était fraîche et claire, le ciel brillait de milles feux dans la nuit et Ama était sur le chemin du retour pour rentrer chez elle. Elle avait complètement oubliée que cette soirée là etait la nuit d'Halloween, et cela lui revint en mémoire après qu'un deuxième groupe de gamins passent près d'elle en criant. Elle n'avait pas tout de suite tilté après le premier groupe, habillés n'importe comment et faisant la chasse aux sorcières. Cette fête, célébrée par les humains normaux, était légitime, mais pour elle, qu'on fasse ça a Storybrooke ou les sorcières et les fantômes n'avaient rien d'imaginaire était quelque peu ... déplacé. C'était comme si elle-même, pour halloween, avait décidé de se déguisé en Cendrillon ou en Belle ! Un peu de logique, c'était une personne après tout ! Avec un haussement d'épaules, elle contourna une nouvelle marées de petits qui l'encerclaient en réclamant des bonbons. En quelques pas souples elle les distança et les enfants trouvèrent une autres cible.

Soudain, quelque chose attira son attention, c'était une personne costumée, avec également un seau citrouille pour récupérer des friandise. Sauf que la carrure n'était pas celle d'un enfant ! Bien que la personne en question était assez petite, personne ne pouvait s'y méprendre, c’était une adulte, en train de faire le tour des maisons. Soudain, elle la vit s'arrêter. De dos, il était impossible pour Ama de reconnaître son amie Victoria, déguisée de la tête en pied dans un ridicule costume de dragon. (qui existaient aussi, soit dit en passant !). La jeune femme fixait une maison décorée qui n'avait pas fait les choses à moitié. Avec son œil d'experte, elle reconnu immédiatement toutes les essences d'arbres morts et de plantes sauvage qui se bagarraient dans le jardin abandonnée. Tout cela n'avait rien d'artificiel et certaines espèces ne poussaient pas du tout dans nos contrées ! Il y avait certainement un peu de magie pour empêcher les plantes de mourir complètement et entretenir cet aspect de végétation indomptable.
Ama, qui n'était pas forcément la plus téméraire, ne se serait pas posé de questions et aurait continuer son chemin tranquillement si la jeune femme -toujours inconnue pour Ama- ne s'était pas avancée sur le porche. Elle rentrait dans la maison, alors ni de une ni de deux, Pocahontas se faufila en quelques sauts derrière elle, juste avant que la porte ne se referme. Elle était bien trop curieuse parfois et avait une petite tendance à s'occuper de choses qui ne la regardaient pas.

Elle découvrit alors, en plus d'un sombre manoir ou personne n'y voyait rien, une Victoria secouée et pas des plus rassurée. Elle avait même carrément la trouille, et c'était mignon à voir. Il faisait carrément froid dans la maison, ce qui tira un frisson à la belle brune. Une voix etrange parlait, disant s'appelé mortimer et pensant que nous ne ressortirions pas vivants. Belle mascarade, si vous voulez mon avis.

Une chose était sure, Victoria marchait en plein dans la farce et se jeta sur la porte. C'est la que ni l'une ni l'autre ne fussent plus rassurée et qu'Ama perdit son petit sourire emplit de cynisme. La porte ne s'ouvrait plus.

Victoria lui adressa quelque mots, peu enchantée par la tournure que prenaient les évènements.

< Je pense qu'on va bien y être obligées ... Joli déguisement, au fait. J'espère que tu as eu le temps de faire quelques provisions, au cas où.

Décidée à ne pas céder à la panique et à rester rationnelle, Ama tourna à gauche et prit la première porte, suivit (ou non?) de Victoria.



avatar
Kneel before the NPC
Messages : 18

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Oct - 16:13




EVENT HALLOWEEN




Que de naïveté ! Voilà qui promet au manoir et à Mortimer une victime des plus intéressante. Et c'est avec toute sa fausse courtoisie que le majordome répond « Il a l'avantage d'être complètement authentique... » Et il ne se gêne certainement pas pour rire de vous avant de vous abandonner à votre sort et aux pièges que vous n'allez pas tarder à découvrir en ces lieux...
Vous avez donc décidé de prendre la porte de gauche. Est-ce un choix judicieux ? Nous le saurons très vite. Une fois la porte franchie, vous voici donc en train de longer un couloir qui bifurque peu après sur la droite, éclairé par quelques chandelles aux murs dont les flammes dansent et disparaissent parfois, avant de réapparaître on ne sait comment. Les murs eux sont recouverts d’une tapisserie abimée par endroits et sont parsemés de deux ou trois portes, closes pour la plupart. Si l’une d’elle s’ouvre, c’est pour déboucher sur des pièces vides et fort poussiéreuses. Le parquet de bois ciré grince sous vos pieds et en s’attardant quelque peu, vous pouvez remarquer les détails et motifs qui ornent la tapisserie à la lueur des chandeliers. Des représentations d'enfants, d'adultes, d'animaux. Mais leurs visages n'ont aucun signe distinctif à l'exception de leurs yeux, des yeux où se reflètent la peur, la haine, le mépris ou un amusement malsain qui semblent vous oppresser et vous donner envie de frissonner. D’ailleurs plus votre progression avance et plus les visages se répètent de manière de moins en moins rassurante. Les enfants ne sourient plus, les adultes semblent dépressifs. Quant aux animaux, ils ont l'air de se changer en créatures maléfiques. Les crocs sont plus visibles, les yeux plus menaçant. Finalement une nouvelle porte se dresse devant vous, plus massive et plus décoré que les autres, et donnant cette fois sur une pièce au sol carrelé et bien plus lumineuse que le hall. En revanche, elle est aussi peu décorée, en dehors de quelques meubles et présentoirs. La salle ne présente que des chandeliers et quelques épées, écus et armes murales ainsi que huit armures grises patinées de noir, chacune de styles et d’époques différentes, une arme en main. Deux des armures encadrent une large porte de bois à gauche, deux autres, une porte identique à droite alors que les quatre dernières se trouvent de part et d’autres d’une imposante cheminée de pierre et de marbre à l’allure austère et dont le foyer est éteint. Voilà le décor qui s'offre à vous mais ... Est-ce un grincement métallique que vous venez de percevoir ? Pourtant aucune des armures ne semblent avoir bougé. C’est alors que le rire moqueur et machiavélique de Mortimer se fait entendre sans que vous ne notiez pour autant sa présence. « L’aventure vous plait ? Il se pourrait pourtant qu’elle s’arrête ici. » Non vous n’aviez pas rêvé, et le grincement du métal se fait à nouveau entendre tandis que les armures s’animent une à une et descendent de leurs socles, saisissant leurs armes, se dirigeant vers vous de concert bien décidé à vous passer au fil de leurs épées.

Plusieurs choix s'offrent à vous: 1) Vous décidez d'affronter les armures menaçantes ou  2) Vous choisissez d’attendre une ouverture pour emprunter la porte de gauche 3 ) ou bien celle de droite ?






avatar
Piranha Cannibale
Messages : 223

Voir le profil de l'utilisateur http://marchens-destiny.forumactif.com/t278-victoria-o-donnel-si
Mar 8 Nov - 18:10

The dark side of the rainbow
Ft Ama


La jeune femme me répondit, je hochais la tête, faisant un semblant de révérence quant à sa remarque par rapport à mon déguisement avant de lui montrer la citrouille en plastique qui était pourvue de LED, longue vie à la technologie.

« Un peu que j’ai des réserves ! On ne mourra pas de faim si tu veux mon avis… Tiens ! Un serpent goût bubble gum ! En plus il colore ta langue en bleu… J’aurais peut être du en proposer à Mortimer… Il nous aurait peut être laissé sortir ? On appâte toujours les gens avec des bonbons… »

Je lui emboîtais alors le pas. Authentique… Authentique… Bien sûr, et j’ai Beyonce comme grand-mère… La bonne blague, j’étais sûre qu’il avait un déguisement ce type, et j’attendais qu’une chose, lui retirer son espèce de masque… Fantôme en mousse ! Ce manoir ne pouvait pas être… Réel non ? Quelle idée de donner naissance à un manoir qui fout les miquettes le soir de Halloween ? Enfin… Toujours était-il que le couloir était pas vraiment fang shui ! Pas plus que je ne voulais de cette tapisserie dans mon salon télé… J’attrapais au passage une chandelle, illuminant notre chemin comme je le pouvais dans mon costume des plus convaincants. Ironie les gens… Douce et tendre ironie ! Je m’arrêtais devant la tapisserie, ma langue claquant contre mon palais.

« Il me faut le nom du décorateur pour le mettre derrière les barreaux, c’est d’un mauvais goût… ça en serait presque criminel ! En plus c’est même pas proportionnel ! J’aurais pus mieux faire ! »


Cacher sa peur derrière quelques bravades, je savais faire… En fait… Je crois que j’avais définitivement pété un plomb. La douce pénombre instaurée par les bougies dans le couloir sombre était opressant. Ressortirons-nous un jour ? C’était LA question que tout le monde se posait. Enfin… Tout le monde… Comptez déjà moi et mes multiples facettes. Les lattes du parquet grinçaient sous mes pas. Ma bougie éclairant toujours la même zone. J’étais hypnotisée par cette tapisserie. Mon regard ne pouvait aller ailleurs. Elle semblait faire écho à cette période obscure de ma vie. Comme bien des choses… Les animaux n’en étaient plus, les personnages de la fresque quant à eux semblaient bloqués dans un monde de tourment, un enfer de papier. Je ne m’arrêtais pas, fonçant contre la porte que je n’avais pas vu, levant les yeux pour regarder la porte mastoc…

« Y’en a qui considèreraient que ce genre de porte reflète le complexe d’infériorité du propriétaire… mais j’ai pas fais psycho comme études… »

Vous vous doutez bien que je ne résistais pas bien longtemps à ouvrir la porte qui nous montra alors son trésor. Des armures ET des armes ! Une voix se fait entendre, m’arrachant un glapissement. Aller… Tout cela est normal ! C’est juste l’œuvre d’un mec un peu zinzin et fan de halloween ?

« C’est… Original comme déco… Le vide c’est tendance il parait mais… Si je puis me permettre… ça sent le vieux ici je trouve, sans vous offenser…… Si vous m’entendez, bien sûr ! Et je suis PRESQUE sûre d’avoir vu un micro dans une armure ! »

J’allais m’approcher pour farfouiller dans un heaume, alors qu’une armure se mit à bouger, une… Puis deux… Puis trois, puis toutes, armées jusqu’aux dents.

« Ama ? Je… Je crois que Mortruc est vexé… Mais je suis pas sûre… »

Toujours la chandelle à la main, je glissais mon autre main dans la poche ventrale de mon déguisement, saisissant ce qui s’y trouvait. C’est-à-dire un spray au poivre et quelques pétards. Je fourrais le spray dans la main de la demoiselle, allumant ensuite les pétards pour les jeter aux pieds de l’armée des armures… Magiques ? Roh c’est bon… Une partie de moi savait pertinemment que ce n’était pas qu’un hurluberlu qui s’amusait à faire peur à deux gonzesses avec une maison remplie de pièges mécaniques et de diffuseurs d’odeurs parfum « salon de mémé un dimanche après-midi » ou alors était-ce « Au secours ma femme de ménage est en prison » ? Une toute petite partie, que le reste du corps préférait ignorer. Ça aurait presque pu passer pour un syndrome de Scully.

« N’hésite pas à leur asperger la face au besoin… Okey ? BON je doute très fort que ce soit efficace. Mais on sait jamais !vEt dès qu’il y a une ouverture… Court ! Je te suivrais ! »


J’avais attrapé une lance accrochée au mur, ou plutôt, j’avais tiré dessus comme une bourrine et j’étais partie avec, me retrouvant sur les fesses, armes entre les mains, me relevant. Mélior m’avait expliqué que la maîtrise d’arme avait fait partit de notre éducation… J’avais eu un léger doute. Je m’étais même demandé si mes parents n’étaient pas soit cinglés, soit avaient pour projet de dominer le monde avec des gamins Terminators. Enfin toujours est-il que je comptais sur… Ma mémoire disparue pour nous venir en aide et résister le temps que nous puissions nous en sortir ?






If you'll be my boat I'll be your sea


I live to make you free But you can set sail to the west if you want to And pass the horizon, 'til I can't even see you Far from here Where the beaches are wide Just leave me your wake to remember you by  | ©️ Vent Parisien






Spoiler:
 
avatar
Messages : 21

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 20:20

[quote="Ama Matoaka"]'
'


The dark side of the Rainbow

Victoria et Ama (encore)



Les deux jeunes femmes avancèrent dans le couloir après la porte qui s'ouvra sous la main d'Ama dans un grincement lugubre.
Elle en profita pour récupérer le fameux bonbon gout bubble gum que lui tenait son amie en la remerciant d'un hochement de tête et la gratifiant d'un sourire sur sa remarque envers les appâts. Elle le mâchouilla lentement, en suivant des yeux les petites lumières que formaient sa citrouille en LED sur les murs. Elle esperait que le sucre lui redonnerait une petit coup de boost. Une chandelle attrapée, la lumière se fit plus intense devant elles.

Ama ne répondait que rarement à coups de ' oui tu as raison ' ou 'hm hm ' aux petits commentaires de la jeune femme. Non pas qu'elle s'en fichait, ses répliques avaient le don de couvrir l'ambiance lourde et d'apaiser les alentours. Avec un succès plus ou moins assuré dira-t-on. C'était quand même de beaux essais.

En ne s'arrêtant que peu de temps sur la tapisserie moisie et froide, elles passèrent vite la deuxieme porte pour s'engouffrer dans une pièce bien plus vaste. Les remarques de Victoria comblaient toujours le fond pour tenter de rassurer les deux jeunes femmes que tout cela n'était bien qu'une vaste mascarade. Quand soudain, quelques -non, toutes- les armures se mirent en mouvement lorsque Victoria se mit a fouiller dans l'une d'entre elle, en plus de la voix toujours aussi charmante de Mortirmer. En tout cas, ni une ni deux, des pétards sortis tout droit du sac de Victoria explosèrent causant quelques menus dommages aux armures.

Cela avait au moins eu le mérite de les ralentir et Victoria avait attrapé une lance. Ama ne savait se servir d'aucune arme, mais elle s'était entrainée au tir à l'arc dans sa tribue. La fille du chef devait pouvoir tirer correctement pour être prise au serieux. Cependant, l'entrainement lui semblait loin et elle n'avait jamais été aussi puissante que Robin des Bois. Elle fourra tant bien que mal le spray au poinvre -inutile contre du métal précisons le- dans sa poche et prit un arc contre un mur. Il était vieux mais la corde était toujours tendue. Un carquois remplis de flèches d'époque était accroché au mur derrière. Victoria saisit une lance avec du mal. Au moins, il y avait de tout dans cette pièce. Mais ce n'était rien face aux masses à pointes et aux épées des armures.

En disant à Ama de courir lors de la prochaine ouverture, Victoria se stoppa entre les armures et elle, d'un geste de sacrifice. Comme si la petite silhouette frêle ici pouvait les retenir. Ama protesta, lui disant qu'elle était folle et qu'elle allait se faire écraser. Elle tira par le bras Victoria qui ne bougeait pas, tandis que Ama se précipitait sur la porte de droite et l'ouvrit à la volée. Les armures avaient prit Victoria en chasse, qui était rudement agile. Elles étaient nettement moins rapide qu'elle, et elle semblait avoir des gestes de professionnelle du combat. C'était fascinant !

< Victoria, par ici ! Vite !

Ama gardait la porte ouverte et avait prévu de jeter l'armoire qui était dans la pièce suivante contre la porte des qu'elle serait là. Victoria joua de sa lame pour les garder a distance avec une facilité déconcertante et la rejoignit. [dsl d'avoir joué ton perse vic ... Si ca te déplait je change !]




avatar
Kneel before the NPC
Messages : 18

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 20:48




EVENT HALLOWEEN




Vous avez choisi de pousser la porte de droite. Bonne ou mauvaise idée ? En tout cas cela vaut mieux que les six armures qui cognent contre le bois de l’autre côté. Mais la construction est solide et la porte semble tenir bon, alors vous pouvez vous permettre d’observer la pièce où vous venez de mettre les pieds. Il s’agit en fait d'une salle de bal au sol carrelé de blanc et de motifs beiges représentant des arabesques compliquées. Face à vous, elle est longée sur tout un mur par une kyrielle de fenêtres encadrées de rideaux blancs écrus et qui accompagnent une élégante double porte de verre. A travers la porte vitrée étrangement couverte de buée, vous pouvez même apercevoir l'esquisse de ce qui semble avoir été autrefois un jardin d’hiver. Au plafond, deux grands lustres de cristal à plusieurs branches éclairent la salle et sont de toute évidence devenus le territoire des araignées, immense piège de filaments mortels et blancs, qui pendent tous vers le sol. En dehors de tout ceci, ce qui attire le regard du visiteur, c’est le grand escalier en « Y » montant aux étages et entourant un grand orgue aux cuivres brillant toujours sous la poussière. Sinon, quelques meubles simples décorent la pièce et peuvent sans doute servir à bloquer la porte que vous venez de franchir. D'ailleurs les chocs ont fini par cesser de l'autre côté. « Et bien, et bien... les festivités vont enfin pouvoir commencer ! » Mortimer et son ton grinçant et moqueur vous surprennent encore. « Vous devriez profiter d’une petite danse... qui sait combien de temps vous le pourrez encore... » Un triolet de note d’orgue funeste appui alors ses propos, l’instrument jouant visiblement de lui-même, entamant une mélodie aux airs dansant qui pourrait presque vous donner envie d'entrer en piste, mais cela ne vous aide pas trop à trouver la sortie et même en fouillant la salle rien ne vous apparaît. Sans doute vaut-il mieux continuer votre route finalement.

Deux options s'offrent donc à vous: 1) Vous décidez d’emprunter la double porte vitrée ou bien 2) vous pouvez monter les marches et peut-être examiner cet orgue étrange de plus près ?






Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marchens Destiny :: Storybrooke :: Le Manoir Hanté-